• LES ATELIERS PRÉPA ENTERTAINMENT : #2 volume

    L’année scolaire 2018-2019 est finie… mais je tenais à mettre en lumière les différents ateliers
    dédiés aux Prépa Entertainment. 
    L’an dernier, la Manaa classique a expérimenté quelques changements, pour se diviser en Prépa Design
    et Prépa Entertainment 3D. 
    Ces années prépa ont été spécifiquement pensées pour préparer au mieux  les étudiants
    vers leur future formation. 

    La Prépa Entertainment reprend les apprentissages fondamentaux de la Manaa
    et propose des ateliers spécifiques au domaine du cinéma d’animation.
    Ces modules – Design Graphique, Photographie, Séquence et Volume – se déroulent un semestre.

    Nous commençons cette série d’article avec l’atelier séquence sur l’Esma Nantes, avec Benjamin Deyries.

     

    VOLUME

    Le module volume propose la découverte et l’acquisition de techniques permettant de construire,
    structurer, sculpter, modeler formes et matières.

    Au cours du semestre les étudiants vont expérimenter divers matériaux : fil de fer, carton, plastiline et argile. Je propose pour chaque matériau un sujet qui s’étalera sur environ trois semaines. 

     

    MODULE 1
    Le premier module aborde les techniques du fil de fer, les étudiants travaillent sur le sujet de l’insecte.
    Je montre des techniques de découpes, de torsions et d’attaches. Puis les élèves se documentent
    sur l’insecte choisi, ils  le dessinent sous plusieurs angles (dessus/ profil/ perspective) et organisent
    un schéma de construction avant de passer à la fabrication. 

    Cet exercice permet aux étudiants d’apprendre à décomposer les volumes, à étudier les proportions
    et la silhouette d’un sujet, sans avoir la possibilité matérielle de se perdre dans les détails.

    MODULE 2
    L’approche est assez similaire pour le module du matériau carton, dans lequel les étudiants doivent fabriquer une chaussure.
    Ils vont une nouvelle fois se documenter, analyser les formes par le dessin, planifier les principales étapes
    de fabrication et prendre des mesures.
    L’objectif de cet exercice est d’apprendre à analyser les courbes de la chaussure grâce à la technique
    des coupes
    qu’ils devront par la suite fabriquer.

    Les deux derniers matériaux abordés, utilisent la technique du modelage.

     

    Le module modelage m’a permis d’avoir une première approche sensorielle de la 3D.

    L’exploration par le toucher me semble indispensable
    à l’élaboration  d’une représentation mentale d’un objet.

    Ce module m’a aussi permis de transposer des compétences 3D au dessin.
    J’ai trouvé très structurant de construire un objet en 3 dimensions avant de me lancer en informatique
    dans un espace plus abstrait.
    Marion Machelard

    MODULE 3
    Dans le module sur la plastiline, je leur propose de modeler une tête synthétisée en plans.
    Cet exercice permet de comprendre la structure de la tête, de dessiner les repères des plans principaux
    du visage
    , et d’apprendre à travailler sous tous les angles.

    MODULE 4
    Enfin, dans le dernier module concernant l’argile, les élèves modélisent leur main d’après
    une série de photos.

    Ces exercices permettent d’aborder les notions anatomiques et de faire le lien avec les cours de dessin.

    A travers cet atelier modelage,

    j’essaie d’aider les étudiants à développer
    une rigueur dans la préparation

    (documentation/ dessin) mais aussi une exigence dans l’analyse des formes.
    J’enseigne également la modélisation informatique en 1ere année d’animation 3D.
    Le travail de la matière, les techniques informatiques sont différentes mais les notions d’analyse
    et de compréhension des formes restent les mêmes.

    Cette première année d’enseignement en Prepa Entertainment fut très intéressante.
    Ayant travaillé sur des films d’animation volume en tant que décorateur par le passé,
    je retrouve le plaisir lié à la matière, la fabrication et la manipulation des outils traditionnels. 
    De plus, les échanges avec les étudiants furent agréables et ils ont fait preuve d’une bonne implication
    dans les projets de cet atelier. 
    Je suis donc heureux de pouvoir les retrouver depuis la rentrée pour leur enseigner la modélisation 3D
    dans la section d’animation !

  • WS Graff : fresque commune


    Avec les étudiants de Bachelor Design Graphique nous sommes partis à la découverte du graffiti,
    nous avons retrouvé Salamech sur le chantier du futur Campus Créatif de Montpellier.

    Nous l’avions rencontré l’an dernier avec les DG1 lors de l’exposition « Studiophrénie ».
    Salamech avait été notre guide, avec la bienveillance qui le caractérise !
    Lire aussi > STUDIOPHRÉNIE, RENCONTRE AVEC SALAMECH

    WORKSHOP GRAFFITI AVEC SALAMECH

    Nous arrivons sur les lieux, 20 étudiants dont 90% de novice dans la pratique du graffiti !
    La curiosité les a poussé à participer à cet atelier afin de collaborer avec l’artiste,
    découvrir son travail et le street art.
    Une certaine appréhension est présente : nous sommes totalement inexpérimentés,
    il est 14h le chantier est actif et le vent souffle à 70km/h.
    Le soulagement est rapidement apaisé lorsque Salamech nous explique le déroulement de l’atelier,
    il a pris en considération tous ces éléments, nous serons tous sur un même pied d’égalité.
    Nous allons tous participer, y compris moi !

    EN BOMBE !

    Nous sommes tous au même niveau de compétences, quelques soient nos connaissances
    dans le domaine !
    Salamech nous fait découvrir une technique que lui-même ne maîtrise pas, de sorte que tout le monde
    y trouve son compte. Nous utiliserons la bombe de manière différente, sans caps’;
    percer la bombe de peinture avec une pointe et après l’explosion laisser notre inspiration nous guider !
    Nous avons besoin de notre intuition, notre réactivité et notre gestuelle car la bombe va se vider rapidement, une projection qui va durer quelques secondes…
    Nous expérimentons cette technique les uns avec les autres au gré des couleurs.
    Le mélange de nos différents gestes, mouvements et couleurs donne un résultat assez homogène
    tout en ayant la touche de chacun.
    Un travail d’équipe, de partage, de découverte, explosif et coloré !

    Le résultat final va dans le sens de expressionnisme abstrait, de la liberté créatrice.
    Les éclaboussures et les mouvements aléatoires créent un ensemble de nuances intéressantes,
    une certaine intensité.

    Pour finir l’atelier Salamech’ nous invite à prendre en photo des éléments choisis de notre fresque.
    Le résultat est bluffant, les gros plans laissent apparaitre la vraie beauté de l’oeuvre.
    Difficile d’emporter un bout de ces 10 mètres à la maison… nous garderons en souvenir un bon moment,
    un retour à l’enfance énergique et spontané !!!

    « L’expression désinvolte d’une poésie collective »
    Jacques Villeglé

    « Cet atelier intuitif et spontané m’a permis de découvrir une nouvelle manière de graffer. »

    « Salamech’ est très ouvert et prend le temps de répondre à nos interrogations,
    ce qui a facilité le bon déroulement du workshop. Une super rencontre il est très sympa ! »

    « J’ai apprécié cette expérience qui m’a vraiment donné l’occasion de réaliser quelque chose de graphique,
    sans penser au résultat final. »

    « L’approche aléatoire que l’on a eu, changeait du côté machinal remplissage/contour que l’on retrouve dans le graffiti conventionnel. »

    Cette technique permet un lâcher prise artistique.

    « Ça faisait longtemps que je voulais tester le graff, Salamech’ nous a proposé une super initiation ! »

    Je me suis éclatée, c’était un très bon moment de partage !

    « C’était génial, ça m’a donné envie de recommencer !
    J’ai d’ailleurs acheté des bombes pour commencer avec la porte de ma chambre ! »

    Merci à Salamech pour cette découverte du graff et ses conseils.
    Comme notre fresque l’article est collaboratif,
    merci à Melissa, Eleonore, Marie, Chloé, Emilie, Mailys ainsi que Louis, Carlos et Simon pour leurs retours.

  • SB#6 Gravure & calligraphie

    UNE SEMAINE BANALISÉE À L’ESMA C’EST QUOI ?

    Une semaine de découverte : ateliers, workshops, sorties, conférences, expo
    Durant cette semaine les élèves de prépadesign d’espace et design graphique
    expérimentent les arts appliqués sous toutes ses formes.
    C’est l’occasion de découvrir de nouvelles techniques, améliorer sa culture artistique
    et par la suite investir celle-ci dans le processus créatif en studio de création.

    Quelques brèves d’atelier…

    GRAVURE

    J’ai adoré cet atelier, travailler sur le vide et le plein c’était super intéressant.
    Faire apparaître un dessin de deux manières différentes, positive ou négative.

    Cela m’a vraiment plû de creuser !

    L’atelier nous a servi à découvrir différents supports d’expression :
    le tetrapack, la lino-gravure, le gaufrage, le monotype…
    J’ignorais totalement qu’on pouvait utiliser des vieilles briques de lait pour faire de la gravure ! 
    Un super atelier qui m’a donné envie d’en refaire.

    C’est incroyable tout ce que l’on peut faire en gravure !


    Au début ça impressionne… en gravure on ne maîtrise pas tout, il y a un côté expérimental.

    Il y a un côté magique quand on découvre son impression !

    Dire que nos ancêtres utilisaient cet outil pour imprimer des livres !
    Hier la gravure, aujourd’hui le web, c’est toujours intéressant de revenir à des techniques artisanales.

    C’est un domaine qui m’étais totalement inconnu, je ne m’y étais presque jamais intéressée,
    mais quelle découverte !

    Le résultat est bluffant !

    De la minutie est requise, pour un rendu propre, c’est ce qui rend cette technique intéressante.

    Cela m’a fait découvrir une nouvelle manière de créer, d’expérimenter
    et m’a permis d’élargir mon champ de recherche créatif.
    Cet atelier a donc été un vrai plus pour moi, dans ma formation !
    En espérant réutiliser ces techniques à l’avenir!

    CALLIGRAPHIE

    J’ai toujours admiré la calligraphie, étant donné mon attrait pour la typographie, ce qui m’a poussé à étudier
    le chinois & l’arabe à la fac. Cependant, je n’avais jamais eu l’occasion de vraiment découvrir le travail
    du calligraphie, ainsi que les outils utilisés.

    Cet atelier, que j’attendais avec impatience, m’a donc permis cette découverte et m’a fait me rendre compte de la difficulté du travail de calligraphe mais également de la beauté du rendu.

    J’ai vraiment apprécié car c’est un art dont on parle peu. En espérant avoir un autre atelier de ce genre !

    Je ne pensais pas que cela serait si dur… le travail d’écriture, la formation des lettres
    ou encore l’orientation de l’instrument font parties d’un long apprentissage.

    L’atelier m’a fait découvrir cet art et m’a donné envie d’approfondir cette pratique.

    J’ai toujours trouvé la calligraphie tellement belle que j’étais ravie de cet atelier.
    L’intervenant nous a parlé de l’histoire des différentes calligraphies
    et a été attentif à nous guider dans notre gestuelle.

    Une pratique apaisante car il faut être patient.

  • SB#5 le carton

    UNE SEMAINE BANALISÉE À L’ESMA C’EST QUOI ?

    Une semaine de découverte : ateliers, workshops, sorties, conférences, expo
    Durant cette semaine les élèves de prépadesign d’espace et design graphique
    expérimentent les arts appliqués sous toutes ses formes.
    C’est l’occasion de découvrir de nouvelles techniques, améliorer sa culture artistique
    et par la suite investir celle-ci dans le processus créatif en studio de création.

    A Montpellier, les étudiants en Manaa et prépa design, ont élaboré un projet complet
    en groupe et en deux jours autour du design produit. Et plus particulièrement du carton,
    sur la création d’une assise en carton.
    Les enseignantes Marie Bastide et Magali Lefèvre ont encadré le workshop.

    Le design expérimentation autour du carton

    L’emploi du carton se retrouve majoritairement dans les industries de l’emballage et de l’édition.
    Des designers et architectes ont expérimenté dés les années 60 de nouvelles techniques de production
    et aux matériaux abordables.
    Comme Frank Gehry avec la série des « Easy Edges » dont la « Wiggle Side Chair » créée en 1972.

    Création d’une assise autour du carton

    Les étudiants ont répondu au sujet avec certaines problématiques sociales ou quotidiennes.

    TRÄD
    En partant de l’analyse du matériau, les étudiants ont dégagé des mots clés :
    manque de place / gain de place / petite surface de logement.
    Comment aménager un petit espace de logement avec une assise modulable, légère et pliable ?

    BANC BIBLIOTHÈQUE
    Mots clés : aménagement urbain et social / bibliothèque participative.
    Comment favoriser la rencontre et la convivialité au coeur de la ville ainsi que favoriser la culture ?

    BANC PUBLIC
    En partant de l’analyse du matériau, les étudiants ont dégagé des mots clés :
    peu cher / abordable / recyclable.
    Comment aider les personnes sans abris en proposant une assise et un abri
    permettant de se protéger des éléments extérieurs ?

    LE CONFIDENT
    Inspiré du célèbre fauteuil d’époque Empire, les étudiants ont dégagé les mots clés : 
    Intimité / échange / confort. 
    Comment créer une assise pour deux, offrant intimité et confort en utilisant seulement
    un matériau de récupération ?

    La vision écologique et accessible du projet a cartonné auprès des Prépa !!!

  • SB#4 osez le féminisme

    UNE SEMAINE BANALISÉE À L’ESMA C’EST QUOI ?

    Une semaine de découverte : ateliers, workshops, sorties, conférences, expo
    Durant cette semaine les élèves de prepadesign d’espace et design graphique
    expérimentent les arts appliqués sous toutes ses formes.
    C’est l’occasion de découvrir de nouvelles techniques, améliorer sa culture artistique
    et par la suite investir celle-ci dans le processus créatif en studio de création.

    Durant la semaine banalisée de fin décembre, à Toulouse, l’association OLF est venue à la rencontre
    des Prépa Design pour une conférence et un débat autour du féminisme et de la représentation
    des femmes dans les médias.
    Suite à celle-ci, les étudiants ont travaillé en groupe autour du sexisme et ont dénoncé au travers d’affiches
    diverses thématiques liées au sujet.
    Les enseignants Mary Pujol et Stéphan Mikolajczak, et l’OLF, ont encadré le workshop.

    Sexisme & publicité… 

    Dans les années 50, les femmes étaient cantonnées au foyer parfaites et soumises.
    Dans les années 80, elles retiraient le bas, en 90 nous vendaient des yaourts complètement nues,
    depuis elles sont hyper-sexualisées…
    Les stéréotypes et autres préjugés sexistes d’un autre temps en décalage avec la société et les femmes d’aujourd’hui perdurent dans les publicités.

    L’affiche détournée

    « Le détournement est la réutilisation de slogans, d’images publicitaires, de campagnes de marketing
    pour créer un message différent, souvent opposé au message original. C’est une sorte de parodie satirique, qui réutilise ou imite l’œuvre originale. Le détournement le plus connu est le détournement publicitaire. » Wikipédia

    Sur la base d’affiches publicitaires existantes, les étudiants ont abordé le sexisme et ses violences
    sous différents angles. Qu’ils soient conjugaux, médiatiques, sexuels, patriarcaux, capitalistes…
    Le détournement devait faire l’objet d’une réflexion sur le propos de l’affiche originelle
    puis sur le nouveau message.
    Autour d’un objet graphique et plastique, le propos est narratif et critique, le but est égalitaire.

    Les projets réalisés et les échanges avec l’association ont permis à nos créatifs de se sensibiliser
    à la cause féministe et de prendre une distance critique avec ce type de communication.

    Les étudiants ont perçu l’envers du décor, et compris comment fonctionnent les médias
    et comment peut-être véhiculé un message.
    Ce workshop les a aidé à prendre conscience du phénomène.
    Les ressentis sur cette expérience sont multiples et engagés pour le futur :

    « Le féminisme est très important pour perpétuer
    ce que les anciennes ont fait pour nous
    et pouvoir vivre librement aujourd’hui ».

    « Beaucoup d’étudiants masculins ne sont pas conscients de ce que nous vivons…
    la conférence et ce travail autour du détournement leur a permis de comprendre ».

    « J’ai été très intéressée par ce projet car il y a une réelle demande
    de la part d’un annonceur avec une démarche non commerciale mais informative ».

    « Au premier coup d’oeil, certaines affiches dans la rue ne nous paressent pas sexistes.
    Depuis la conférence et le workshop, je suis repassé devant les mêmes visuels et en fait c’est flagrant !
    Il faut juste être mieux informé et être attentif ».

    Avoir un esprit ouvert et critique joue un rôle important dans la transmission et la lutte contre les stéréotypes.
    Créatif de demain, change les choses !

  • SB#3 calligraphie, détournement & typo

    Une semaine banalisée à l’Esma c’est quoi ?

    Une semaine de découverte : ateliers, workshops, sorties, conférences, expo
    Durant cette semaine les élèves de Manaa, design d’espace et design graphique
    expérimentent les arts appliqués sous toutes ses formes.
    C’est l’occasion de découvrir de nouvelles techniques, améliorer sa culture artistique
    et par la suite investir celle-ci dans le processus créatif en studio de création.

    Je me suis donc divisée en trois, la vrai moi, la blogueuse et la prof.
    Nous sommes parties à Nantes, Montpellier et Toulouse à votre rencontre !
    Et je dois dire que tu es drôlement sympa toi l’étudiant, nous avons pu discuter
    et j’ai passé de bons moments en ta compagnie !
    Malgré mes super-pouvoirs de téléportation et d’ubiquité, je ne peux pas tout vous raconter !!!

    Notre créativité s’est exprimée avec beaucoup de liberté !

    calligraphie / toulouse

    La calligraphie est l’art consistant à former les différents caractères d’une écriture de façon esthétique,
    principalement grâce au travail sur le trait, généralement à l’encre.
    L’écriture est un art qui se perd… fini le tracé de belles lettres, sur un beau papier muni d’une plume…
    Sauf pour les amoureux de la calligraphie et nos futurs designers !

    Pour cet atelier autour de l’étude de la lettre, les DG1 étaient encadrés par Alem Alquier.
    Le matin : exercice de familiarisation avec la base, la capitale* romaine,
    une introduction au calame* avec sa fabrication maison et son investigation.
    L’après-midi : application des acquis avec la création de ligatures* ainsi qu’un travail sur les pleins et déliés .
    Et pour finir, la création de son propre message en considérant une économie de moyen.

    *capitale = majuscule **outil : tige de roseau ou de bambou taillé en pointe / bec
    ***ensemble de lettres liées et qui forme un caractère unique. Dans lʼAntiquité le graveur nʼhésitait pas à lier les lettres
    quand cʼétait nécessaire, par manque de place ou souvent à cause dʼun oubli…
    dans ce cas il sʼagit ici de repentirs qui provoquent parfois des effets heureux.

     

    Les étudiants ont gribouillé pendant des heures, à la recherche du geste élégant et technique,
    d’une belle écriture… Le résultat est magnifique !

    « Un atelier très intéressant, qui nous a permis de nous familiariser avec la calligraphie
    et de mieux comprendre la construction des lettres ». Marie

     

     

    détournement / toulouse

    Les manaa ont participé à l’atelier de détournement de magazine avec leurs enseignants Mary Pujol
    et Stéphan Mikolajczak.

    « Le détournement est la réutilisation de slogans, d’images publicitaires, de campagnes de marketing
    pour créer un message différent, souvent opposé au message original.
    C’est une sorte de parodie satirique, qui réutilise ou imite l’œuvre originale.
    Le détournement le plus connu est le détournement publicitaire. » Wikipédia

    Les étudiants croulés sous des centaines de magazines…
    Leur détournement devait faire l’objet d’une réflexion, sur le propos du magazine originiel
    puis sur le nouveau message mis en place.
    Autour d’un objet graphique, le propos est narratif et critique.

    Les thèmes abordés par les étudiants :
    – dictature des magazines,
    – surconsommation,
    – image de la femme dans les revues,
    – discrimination,
    – sexualité…

     

     

    typo / nantes

    Encadrés par Caroline Pelletier, les étudiants ont suivit un workshop de deux jours autour de la création
    d’une pochette vinyle, composée uniquement de typographie.

    L’objectif étant de prendre conscience de la typographie comme signe,
    lire et voir en même temps, composer dans un format contraint (carré),
    prendre en compte les principes de symétrie, ainsi que de se démarquer visuellement.

     

    Je vous mets ici quelques références de graphistes et typographes qui ont une approche visuelle de la lettre :
    David Carson
    Philippe Apeloig
    Paula Scher
    Pierre Di Sciullo
    Neville Brody

    Merci aux enseignants et aux élèves pour avoir partagé leurs photos et leur ressentis.

  • SB#2 MODELAGE

    Une semaine banalisée à l’Esma c’est quoi ?

    Une semaine de découverte : ateliers, workshops, sorties, conférences, expo
    Durant cette semaine les élèves de Manaa, design d’espace et design graphique
    expérimentent les arts appliqués sous toutes ses formes.
    C’est l’occasion de découvrir de nouvelles techniques, améliorer sa culture artistique
    et par la suite investir celle-ci dans le processus créatif en studio de création.

    Je me suis donc divisée en trois, la vrai moi, la blogueuse et la prof.
    Nous sommes parties à Nantes, Montpellier et Toulouse à votre rencontre !
    Et je dois dire que tu es drôlement sympa toi l’étudiant, nous avons pu discuter
    et j’ai passé de bons moments en ta compagnie !
    Malgré mes super-pouvoirs de téléportation et d’ubiquité, je ne peux pas tout vous raconter !!!

    Notre créativité s’est exprimée avec beaucoup de liberté !

    Nantes

    L’objectif de l’atelier : faire le lien entre les cours de dessin d’anatomie et le volume.
    Encadrés par Benjamin Deyries, les étudiants ont réalisé chacun une tête aux proportions réalistes.

    L’ambiance est studieuse, captivée et enthousiaste.
    La plupart des étudiants inscrits à l’atelier se destinent à la section animation 3D,
    ils sont ravis par cette première approche, investis et gonflés à bloc pour les mois suivants !

     

     

    montpellier

    Un atelier en deux temps :
    Initiés par les professeurs d’expression plastique, Magali Lefèvre et Marion Jourdes, les visites aux musée
    des moulages et musée Fabre été accompagnées par l’ensemble des enseignants de Manna.
    Découverte et occasion pour les étudiants d’observer, tourner autour, et dessiner de l’antiquité à Rodin !

     

     

     

    Appréhension de la matière, travail par addition et soustraction, émergence de la forme
    dans la matière brute.
    Suite à notre visite du musée des moulages; l’atelier à duré 4H durant lesquelles, à partir d’un bloc d’argile
    les étudiants ont pu appliquer la volumétrie de la figure dans l’espace.
    Ils pouvaient s’appuyer sur leurs croquis du musée des moulages ou laisser libre cours à leur imagination.
    L’idée était de manipuler la matière, modeler la forme, et l’observer de toute part,
    en travaillant sur l’expressivité de la forme.

     

    Les élèves ont apprécié la régression à mettre les mains dans la matière, faire corps avec elle
    et en faire émerger quelque chose !!!
    La technique étant additive et/ou soustractive, on peut faire et défaire autant que l’on veut.
    La magie étant de voir une forme élaborée s’extraire de la matière brute.

    « J’ai adoré cet atelier car nous n’avions pas de sujet imposé, nous pouvions vraiment nous exprimer librement et faire ce qui nous passait par la tête. J’ai beaucoup aimé avoir devant mes yeux mon projet en 3D en non en 2D à plat sur une feuille. » Yoann, Rubens

    « On en voulais plus ! À la fin de l’atelier notre curiosité était captivée.
    C’était une découverte bien trop courte, nous en voulons encore ! » Alexandre, Durer

     

    Merci aux enseignants et aux élèves pour avoir partagé leurs photos et leur ressentis.

  • ATELIER GRAVURE – rencontre

     

    roquedur-atelierLa suite de l’Atelier gravure – Expérimentation,
    nous fait voyager dans l’univers de Marc Granier,
    artiste, graveur, typographe et éditeur des éditions Monteils
    à Roquedur dans les Cévennes.

    Nous rencontrons un homme généreux, passionné,
    sensible et délicat face à la manipulation du papier.
    Il nous accueille chez lui dans une grande pièce à vivre
    « pour les copains qui passent »,
    et nous fait visiter son atelier typographique, installé au fond
    du jardin, encastré dans la verdure et le paysage.
    Les couleurs sont automnales, la pluie rend les paysages brumeux,
    il fait frais.
    Une journée parfaite pour la gravure !

     

    Marc nous décrit la gravure en quelques mots :
    curiosité, patience, expérimentation et pugnacité.

    Au cours de la journée, Marc fait remarquer aux élèves que la gravure ne s’apprend pas dans les livres,
    elle se pratique. Il ne faut pas lâcher, si tenir, expérimenter encore et encore…
    Un jour tu comprendras, un déclic, tu seras happé par cet investissement sans espace ni temps…
    au profit de ta créativité.

    La classe de design graphique 1ère année est diviser en deux :
    un groupe va creuser à l’atelier gravure sur bois et
    un l’autre va presser à l’atelier typo.
    Et l’après-midi s’inverseront.

    LE BOIS

    Le premier groupe est divisé en 2 (7 élèves) pour travailler sur leur plaque de bois.
    Le thème est libre.
    L’approche du matin et celle de l’après-midi sont radicalement différentes.
    Le groupe du matin initie le projet en fragmentant de manière aléatoire la planche.
    Le thème de la nature est lancé. Chacun grave une à plusieurs parcelles.

    L’après-midi donnera naissance à des gravures réfléchies en amont sur différents thèmes
    et réalisées en toute complicité et décalage !
     
    Les copeaux s’amoncellent, une bonne odeur de bois se fait sentir.
    L’ambiance est conviviale, taquine et bon enfant !

    Les élèves comparent avec les différents médiums qu’ils ont pu travailler en cours.
    Certains ont plutôt une préférence pour la linogravure, plus facile à travailler.
    D’autres apprécient le bois, il se travaille de manière brute-primitive, à l’instinct.

    Il y a une certaine harmonie à travailler en commun,
    même si certains n’apprécient pas forcément…l’intention de l’un, le motif de l’autre !
    Tout le monde a été dans une belle dynamique de travail, enrichissante pour chacun.
    Et le résultat est surprenant !
    Chaque étapes de révélation du travail est une surprise,
    nous sommes conquis par chaque projets !!!

    _mg_0018
    _mg_0025
    _mg_0028
    _mg_0038
    _mg_9995
    _mg_9998
    dsc_0552
    img_5263
    imgp4704
    imgp4708
    imgp4713
    imgp4717

    C’était creusant ! ironise Eunice

    repas

    Ce qui introduit l’heure du repas.

    Une grande tablée conviviale serrée, chaleureuse,
    commune, gourmande ou pas !

    repas-2

     

     

     

     

     

     

    La typo

    L’atelier typographique de Marc ressemble à la caverne d’Alibaba, une merveille !
    Une atmosphère expérimentale s’empare des élèves dès le pas de la porte.
    L’atelier regorge de polices de caractères, de différentes presses, de matériel technique,
    d’encres , d’essais, de gravures, etc…
    Le choix des caractères est immense, Marc a racheté la plus grande partie de son atelier à une ancienne imprimerie.

    Les élèves sont sont venus à l’atelier typo avec leurs gravures travaillées précédemment
    en cours avec Mme Jamme.

    Marc nous explique comment utiliser les casses (minuscule = bas de casse, capitale = haut de casse)
    et les divers éléments (lingotier, composteur, presses) pour composer un mot, une phrase, un texte.
    La composition c’est un choix de caractères et de mise en page et surtout de la patience,
    la gravure implique de nombreux essais, la répétition dans le geste.
    « Il y a des ratés très intéressants, ben oui ! » lance Mme Jamme.
    Le résultat une empreinte laissée sur le papier, un aspect authentique et unique.

    C’est partie pour une exploration typographique,
    y’a plus qu’à jouer !

    La grande difficulté de cette approche typographique est bien sûr la technique de composition,
    de gauche à droite et à l’envers… toute une histoire !
    J’entend des « Argh » « Euh » « Grr »… une question de logique,
    Marc vient à notre rescousse et tout rentre dans l’ordre !

    _mg_0083-2
    _mg_0086
    _mg_0087
    _mg_0095
    _mg_0096
    _mg_0099
    _mg_0101
    _mg_0105
    img_5240
    img_5245
    imgp4719
    imgp4721
    imgp4722

    Les étudiants sont heureux de cette journée.
    L’atelier était enrichissant et libre, la créativité était de mise.
    Ils ont découvert un lieu acceuillant, chaleureux où l’on se réchauffe près du poêle.
    Les élèves repartent avec des souvenirs plein la tête
    et surtout une approche graphique qui leur servira pour des futurs projets.