• MONTPELLIER – JPO 2019

    Depuis trois ans le Chant du Design te propose un retour sur les Journées Portes Ouvertes
    des écoles Esma, avec une mise en lumière des projets de nos étudiants !
    Les JPO sont toujours un évènement agréable d’échanges, à mon tour je souhaite partager
    la vidéo des promos 2019 sur Montpellier !

    Montpellier l’audacieuse

    Surnommée la « surdouée », la ville de Montpellier avec ses 300 jours de soleil par an
    fait le bonheur des étudiants et des touristes.
    Entre terre et mer, elle possède un patrimoine culturel à la hauteur des grandes métropoles
    qui saura enrichir votre soif de curiosité !

    Se perdre au grès des ses envies dans les ruelles du centre historique,
    découvrir une ville créative, dynamique et moderne.
    Et siroter un café en terrasse pour profiter de la douceur de vivre
    et observer l’ébullition et la richesse de la mixité Montpelliéraine.

    L’ESMA Montpellier située à proximité de la ville dans un quartier agréable et convivial
    desservie par le tramway.
    L’école profite d’un cadre agréable et fonctionnel.
    Je te propose de découvrir les formations en arts appliqués,
    Prépa DesignPrépa Entertainment, Bachelor Design Graphique, Bachelor Design d’Espace
    et Mastère Design et Stratégie Digitale.

    A voir aussi JPO Montpellier 2018 et JPO Montpellier 2017

    Merci à Barbara May pour notre collaboration ^^

  • feedback <3 de ville en lumière #2018

    Il était une fois la ville de Montpellier.
    Elle proposa à nos étudiants d’émerveiller des milliers de spectateurs…

    Cette année encore, les Mastères Design et Stratégie Digitale de l’Esma ont dévoilé
    leur talent et leur créativité à la 5e édition des illuminations de cœur de ville en lumières.

    La ville a proposé à nos étudiants un lieu dédié à la création et libre expression : L’Agora.
    Situé au cœur de Montpellier, c’est un bâtiment classé à l’inventaire des monuments historiques
    et aujourd’hui cité internationale de la danse.

     

    Les étudiants nous plongent dans le passé et le présent

    Leur animation narrative est basée sur le voyage historique du bâtiment, de 1357 à aujourd’hui.
    De la création du site le couvent des Ursulines en 1357,
    à la révolution en 1789, où il devient bien national et une prison pour femme.
    1ère Guerre Mondiale, le lieu est à l’abandon puis devient un immeuble militaire.
    Puis en 1991, il est classé à l’Inventaire des monuments historiques.
    En 2010, l’Agora, lieu de fête et de joie, la cité internationale de la danse voit le jour.

    Le soir de la première les émotions sont multiples, les Mastères sont fiers et ont peur…
    Ils ne savent pas à quoi s’attendre… l’aboutissement de trois mois de travail va s’exposer sur trois jours.
    C’est une équipe forte et soudée, par les challenges que représentent cette évènement,
    qui attend la première vague de spectateurs.
    Les applaudissements sont au rendez-vous !!!

     

     

     

    Comme à mon habitude, j’ai recueilli les ressentis et impressions auprès des différentes sections de l’école :
    « Narration visuelle de l’histoire du bâtiment très enlevée, belle réussite, bravo à tous ! »
    « Un travail réellement impressionnant ! »
    « J’ai trouvé très intéressant qu’il y ait du fond derrière cette animation, très réussie ! »
    « Une dynamique visuelle et sonore. J’ai adoré ! »
    « Encore !!! »

    Et ceux des Mastères : 
    « Au centre de la foule, écouter les commentaires du public et ses applaudissements
    a été un des moment le plus fort de cette expérience »
    « Une très bonne expérience, montrer son travail à près de 200.000 visiteurs… c’est fabuleux ! »

     

     

    Découvre ou redécouvre l’animation de la promo 2016 et 2017

  • MONTPELLIER – JPO 2018

    Tout comme Nantes et  Toulouse, j’étais à Montpellier pour les Journées Portes Ouvertes 2018 !
    J’étais au cœur des préparatifs avec les élèves de Manaa,
    nous avons accueilli les futurs élèves et passé ces moments si particuliers ensemble.
    Les JPO sont pour moi un instant suspendu et une belle occasion de mettre en lumière votre créativité !

    Surnommée la « surdouée », la ville de Montpellier avec ses 300 jours de soleil par an
    fait le bonheur des étudiants et des touristes.
    Entre terre et mer, elle possède un patrimoine culturel à la hauteur des grandes métropoles
    qui saura enrichir votre soif de curiosité !

    Se perdre au grès des ses envies dans les ruelles du centre historique,
    découvrir une ville créative, dynamique et moderne.
    Et siroter un café en terrasse pour profiter de la douceur de vivre
    et observer l’ébullition et la richesse de la mixité Montpelliéraine.

     

    Montpellier l’audacieuse

    L’ESMA Montpellier située à proximité de la ville dans un quartier agréable et convivial
    desservie par le tramway.
    L’école profite d’un cadre agréable et fonctionnel.
    Je vous propose de découvrir les formations en arts appliqués,
    MANAABTS Design Graphique et BTS Design d’Espace.

     

     

    Merci à Barbara May pour notre collaboration **

  • Studiophrénie, rencontre avec Salamech

    Dans le cadre de l’exposition OBEY, L’art propagande de Shepard Fairey,
    le conseil départemental de l’Hérault a donné carte blanche aux cinq artistes urbains
    de l’atelier Parcours de Montpellier.

    Studiophrénie, ou « l’âme du studio » est la rencontre de 5 artistes montpelliérains;
    Salamech, Antoine Casals, Hazo, Siko et Daru évoluant au sein d’un même atelier.
    Les 5 parcours, 5 univers, 5 visions, 5 artistes qui partagent leurs inspirations,
    se stimulent les uns les autres et travaillent en osmose.
    Cette émulation donne lieu à 5 installations inédites, qui investissent l’espace architectural de Pierrevives.

     

    une exposition

    Baignés dans la culture contemporaine et urbaine,
    chacun partage une partie d’eux-mêmes, à travers le collage, la peinture, le travail du bois, la céramique…

    Issu du graffiti et inspiré par la culture populaireSalamech utilise et détourne le mobilier urbain.
    Son installation intègre l’extérieur à l’intérieur, il donne du relief par des textures tel que le béton,
    ou des matériaux empruntés à la rue tels que des câbles, un néon ou encore des gouttières pop.
    Sans oublier ses lettrages surplombants une accumulation d’affiches.
    Dans cette installation, il sublime les supports de rue et nous donne à voir sa « réalité augmentée ».

    Hazo et ses personnages « monstrueux » hauts en couleurs magnifient son langage graphique avec sa street chapelle.
    Il nous invite à entrer dans son univers au graphisme underground, brut et à l’intérieur exigu, électrique et étrange.
    Attention, on se déchausse, pour preuve la paire de basket accrochée à l’entrée !

    Antoine Casals plasticien urbaniste, nous propose une sculpture abstraite
    réalisée par la métamorphose du bois, une composition de figures géométriques colorées.
    Cette œuvre nous fait rentrer dans un univers tridimensionnel et architectural.

    On retrouve dans les œuvres de Siko un univers enfantin issu des comics et du jeu, c’est le cas ici.
    Il investi à Pierrevives un construction géométrique aux volumes simples, composée avec du bois.
    Ludique, aux couleurs primaires et en 3D, elle est réalisée à partir de la technique du graff, à la bombe.

    Céramiste montpelliérain, Daru allie techniques modernes et savoir-faire ancestral, entre sérigraphie, porcelaine et grès.
    Il travaille actuellement sur sa série « néo-archéologie », cherchant constamment l’anachronisme entre la forme et le motif.

     

     

    une Rencontre

    Avec les DG1, nous avons eu la chance d’avoir un guide de choix pour nous parler de l’exposition, Salamech !
    Nous avons rencontré un artiste disponible, bienveillant et optimiste.
    Il nous a permis de comprendre la démarche de chacun des artistes et surtout la sienne.
    Dans l’échange, il nous a parlé de son expérience de designer graphique, sa vision du street-art
    et comment il s’y est fait une place par son besoin de création, le travail et l’investissement.
    Au fil des conversations, il a partagé quelques conseils pertinents avec les étudiants :
    « chercher du sens à sa démarche, ses projets et approfondir ses atouts,
    rester ouvert et toujours avoir de l’intérêt pour chaque projets proposés.
    Être curieux de tout pour savoir ce que tu aimes et ce que tu n’aimes pas ! »
    Merci pour ce moment !

    BIO
    Bercé par les cultures urbaines et nourri d’une pratique de graffiti intensive,
    Salamech propose un univers qui prend vie au gré de l’énergie citadine.
    Spécialiste de la rue, il pose un regard attentif et décalé sur son environnement.
    Il puise son inspiration dans le quotidien et confronte son ressenti à un imaginaire collectif et nostalgique.

    Affiches lacérées, rideaux métalliques, panneaux d’affichage publicitaire,
    l’utilisation de supports inattendus est au cœur de sa création.
    Il transforme cette matière urbaine en œuvres où il manipule textes, lettrages
    et iconographies populaires contemporaines.

    Entre mots et matériaux, couleurs et superpositions, l’artiste nous plonge dans un dialogue où signes
    et empreintes de la ville se mêlent à une poésie de l’instant.

    ACTU
    « Populaire Fragmenté » – jusqu’au 20.01.18
    chez Runthings Galerie- 35 rue faubourg du courreau MTP
    Vous aurez peut-être la chance de tomber sur ses hacking publicitaires au détour des rues de MTP
    ou encore le suivre sur son IG

     

    Merci à Clémence pour avoir partagé ses belles photographies !
    Sources Siko : son IG
    Sources bio Salamech : salamechgraffiti.com

  • feedback <3 de ville en lumières #2017

    Il était une fois la ville de Montpellier.
    Elle proposa à nos étudiants d’émerveiller des milliers de spectateurs…

    Cette année encore, les bachelors design et stratégie digitale de l’Esma ont participé
    aux illuminations de cœur de ville en lumières.

    Le projet était de taille puisque c’est sur la cathédrale St Pierre, bâtiment historique,
    qu’ils ont dû réfléchir à leur animation.
    Les propositions on été nombreuses mais la classe partagée en 6 groupes s’est mise d’accord
    pour illustrer une journée, à la fois de découverte et d’immersion dans la ville de Montpellier.
    Vu par une fourmi sortant de sa fourmilière.

    L’animation a été pensée, rythmée et colorée pour montrer les richesses de notre ville,
    monuments, sculptures, architectures, lieux de rencontres sociales, infrastructures…

     

     

    Comme à mon habitude, j’ai recueilli les ressentis et impressions -tel une pt’ fourmi-
    dans toute l’école le lendemain de cette soirée d’inauguration !
    Leurs retours sont plus que positifs :

    « J’ai été plus impressionnée que l’an dernier »
    « Une belle réalisation, dynamique, colorée et en même temps poétique »
    « Les clins d’oeil aux lieux de vie de Montpellier, provoquent une certaine émotions aux habitants, pertinent ! »
    « Un bon fil conducteur qui nous promène dans tout Montpellier, avec de bons enchainements »
    « L’animation est active, dynamique, colorée, elle représente bien notre ville »

    C. Gilli :
    « Comme l’an dernier, j’ai été très émue… et fière de nos étudiants.
    La mise en valeur de la ville était intéressante, drôle et colorée ».

     

    Les bachelors ressortent de cette expérience valorisés par les retours positifs
    des enseignants, de leurs camarades, ainsi que de la ville et de ses habitants.
    « Nous étions au milieu du public, écouter les commentaires et les applaudissements, ça fait plaisir !
    Notre filières et notre travail sont mis en valeur ».

     

     

    A lire l’article du e-metropolitain 
    Découvre ou redécouvre l’animation de la promo 2016

  • MONTPELLIER – cocon végétal #PP01

    J’ai préparé une série d’articles de Montpellier à Nantes en passant par Toulouse.
    Je te propose de découvrir quelques uns des projets professionnels
    que nos étudiants ont réalisé et présenté lors de leur oral de BTS.

    Je commence avec Louise en DE et son projet
    sur la réhabilitation de la place Alexandre Laissac à Montpellier.

    Mais avant, qu’est-ce-que le design d’espace ?

     

    DESIGN D’ESPACE

    Le BTS Design d’Espace, forme des concepteurs d’espaces.
    Apprendre à concevoir des réalisations pérennes ou éphémères,
    aménager des lieux de vie intérieurs comme extérieurs, privés comme publics.
    Une formation, à la fois artistique et technique, qui pourra ensuite ouvrir les portes de l’architecture.

    Les étudiants qui choisissent cette voie, sont entre autres, formés aux métiers
    de l’aménagement de l’espace, de l’architecture, des techniques de construction et de la scénographie

    Les deux années d’études du BTS Design d’Espace se concluent par le passage de l’examen.
    Les étudiants réalisent un projet professionnel, qu’ils devront présenter lors d’un oral à l’examen.
    Ce projet permet de mettre en pratique leurs compétences
    et de montrer leurs capacités à s’investir dans un programme de design d’espace.

     

    projet de synthèse, série 1
    Réhabilitation de la place Alexandre Laissac
    Présentation

    La Ville de Montpellier lance un appel d’offre pour le réhabilitation de la place Alexandre Laissac à Montpellier,
    pour la réalisation d’un espace urbain paysager à la frontière du centre historique;
    et ainsi que la réalisation d’une micro architecture permettant l’implantation d’un espace dit
    de Mobilité de la TaM (Transports Agglomération de Montpellier : tram, bus, taxi, vélo).

    Aujourd’hui, le quartier dans son ensemble fait l’objet de nombreuses démarches de réhabilitations urbaines.
    L’enjeu étant pour la ville, par la réhabilitation de cet espace,
    d’assurer une cohérence d’ensemble du quartier et de le valoriser.

    Ce projet permettra de concrétiser ce nouvel espace urbain.

    Le principe étant : concevoir, à partir du « non-lieu » que constitue cette partie du quartier,
    une nouvelle place publique accueillante, sécuritaire et dynamique au profit des différents usagers.

     

    PrOJET

    Le bâtiment contemporain s’inscrit dans son environnement et assure sa bonne intégration
    dans le milieu historique. La présence de cet aménagement important
    à la fois par sa taille et par sa fonction redonne un sens à l’entrée dans la ville.
    Sa forme confère un caractère dynamique à l’ensemble.

    L’intérêt et la difficulté de ce projet consistent à trouver le juste équilibre entre la réponse
    aux exigences urbaines et l’intégration d’un nouveau projet
    dans un lieu déjà marqué par des erreurs successives.
    Le parti pris retenu propose une place verte jouant sur des effets de hauteur et de perspectives,
    tour à tour, révélant, masquant, les différentes fonctions qu’elle abrite, protège.
    Elle organise les vies parallèles qui se déroulent dans et autour d’elle :
    celles des riverains, des commerces et des usagers ponctuels.

    L’effet architectural de l’ensemble tient à ce constant
    aller et retour
    entre écrin de verdure
    et la ville en mouvement.

    Le but du projet est de retrouver un espace sécuritaire et un apaisement sonore
    ainsi que visuel, 
    par la création d’une barrière architecturale.

    L’objectif étant par l’élévation et le jeu topographique de créer un cocon végétal comme
    suspendu au dessus de la ville
    , isoler un instant le passant dans un espace naturel.
    Pour ce faire l’aménagement se tourne vers un module centrale, comme une feuille posée sur la ville.
    La volumétrie du batti par son inclinaison offre un nouvel horizon,
    et dirige le regard au dessus des circulations, vers le patrimoine architecturale qui l’entoure.
    L’inclinaison devient le support du corps et ouvre le regard sur un nouveau cadrage de la ville.

     

     

    interview
    Pourquoi avoir choisit ce projet ?

    Mon projet est de l’ordre de l’aménagement urbain,
    il clôture la fin du cycle et comme une transition progressive au fils de ces 3 années d’apprentissage.
    Il m’offre la possibilité de m’exprimer à une échelle différente qui est celle de la ville.
    Chaque portion territoriale est dotée d’une histoire, et le projet architecturale propose un avenir,
    c’est la ma motivation dans ce projet.
    Le travail résultant de l’analyse historique, architecturale et sociologique.
    De plus, la place A. Laissac offre aujourd’hui un bel d’intervention. 

    Quels ont été tes sources d’inspirations ?

    Le travail de Gilles Clément, qui est un paysagiste et écrivain français.
    Il propose une approche différente de l’art du jardin.
    Ainsi que l’architecture japonaise, tel que le travail de Sou Fujimoto.

    peux tu nous présenter ton axe et sa problématique ?

    Les recherches sont basé sur l’historique du lieu et la pratique urbain des usagers.
    La problématique était « comment garder l’âme du lieu tout améliorant la vie urbaine ? »
    L’axe proposer, repose sur l’idée d’une architecture compact
    regroupant les différents usages de la ville répertorier l’hors de l’analyse.
    L’architecture propose un espace vert comme une sorte de cocon végétal suspendu au milieu de la ville.
    L’aménagement reprends les traces des architectures passées
    et redistribue l’espace de la ville pour différents usages et usagers.

    Aujourd’hui après l’obtention de ton BTS,
    comment envisages tu la suite ?

    A ce jour, je ne suis pas encore fixé sur ce que je vais faire l’an prochain…
    J’ai commencé à postuler dans quelques agences, je suis en attente de leurs réponses.

     

    Merci à Louise 

  • MONTPELLIER – LES ESTIVALES

    La Manaa donne l’opportunité aux étudiants de se situer parmi les différents
    métiers des arts appliqués et de faire son choix d’orientation en toute sérénité.

    L’année de manaa permet de développer sa créativité et d’articuler ses pensées, ses idées.

    En fin d’année scolaire, nous préparons donc aux manaa un projet de fin d’année transversal.
    Un projet souvent inscrit dans la ville, afin de plonger dans un contexte existant.
    Si le projet est souvent réel, la demande établit par les enseignants est fictive.
    Haut les cœurs, les étudiants ont un budget illimité !

     

    les douceurs du sud

    En cette année 2017, les étudiants de Montpellier ont travaillé sur un projet
    autour des vins du Languedoc, « LES ESTIVALES ».

    Contexte
    Tous les vendredis soirs de l’été, de mi-juillet à mi-août, les Estivales de Montpellier
    sont l’occasion de se retrouver pour de bons moments entre amis.
    Les Estivales, c’est un grand marché nocturne en plein air avec de nombreux exposants,
    des artisans, des bouquinistes et des coins pour goûter les vins de la région et se restaurer.

    A travers les Estivales, la Ville de Montpellier réaffirme son soutien à la filière viticole
    et met à l’honneur la richesse de nos terroirs.
    La bonne ambiance est de mise, avec des animations musicales et des points de restauration conviviaux.
    S’assoir à une grande table en plein air avec votre assiette de produits locaux,
    dégustez tranquillement votre vin languedocien et faites des connaissances !
    L’ambiance festive fait des Estivales un rendez-vous populaire majeur.

    Demande
    Les étudiants ont travaillé ce projet dans une globalité, toutes disciplines confondues.
    Dans un premier temps pour apporter des réponses aux projets de DE et DG,
    en expression plastique, il a été demandé de proposer un imagier autour des notions que véhicule le festival.
    En design d’espace, concevoir un stand qui accueillant les viticulteurs et les clients.
    Penser le stand sur le modèle du marché, qu’il puisse se multiplier
    afin de créer des allées favorisant la circulation.
    Créer l’affiche de la manifestation autour du goût et des saveurs, d’une ambiance conviviale et festive,
    s’adressant à différentes cibles, familles, amis toutes générations confondues !
    Il fallait également expérimenter la couleur à partir de textes de dégustations.
    Et pour finir réaliser une planche d’illustrations analytique traitant des produits locaux.

     

    les manaa fêtent l’été

    J’ai trouvé des étudiants engagés,
    donnant du sens à l’ensemble.

    La phase de recherche du projet a été l’occasion d’expérimentations diverses,
    pour se détourner des clichés.
    Les projets des différentes matières ont été menés en perspective
    et ont servi à créer une cohérence et une même intention.

    Le ton est donné :
    une ambiance festive et musicale, gourmande, avec une pointe de bonne humeur …

     

     

    DESIGN D’ESPACE

     

    DESIGN GRAPHIQUE

     

    COULEUR

     

    EXPRESSION PLASTIQUE

     

     

    Quand les manaa deviennent grands

    En tant que professeur, j’apprécie beaucoup cette démarche qui permet aux étudiants
    de fusionner leurs compétences acquises tout au long de l’année.
    C’est l’occasion de nous dévoiler l’ensemble de leurs qualités (créativité, références, investissement, rigueur).
    Eux, apprécient un peu moins l’idée… car ils présentent ce projet à l’oral, devant un jury d’enseignants !

    Ces oraux sont l’occasion d’échanges, de conseils;
    je redécouvre souvent mes élèves lors de ces oraux !

    C’est l’opportunité pour les étudiants de se révéler et de mûrir les nombreuses connaissances
    théoriques & pratiques qu’ils ont découvert cette année.
    Ce projet de fin d’année leur permet de prendre du recul face à une année riche et créative.

    Une année se termine TCHIN !!!

  • FAV 2017 – EMOTION

    Festival d’Architectures Vives

    Pour sa 12ème édition, le FAV nous invite à déambuler dans le centre de Montpellier,
    au travers d’un parcours urbain et à la découverte des cours des Hôtels particuliers
    accueillants les installations éphémères des jeunes architectes sélectionnés.

    Cette année le FAV expérimente la capacité de l’architecture à créer des émotions.

     

    emotions

    Emotion n. f. II Réaction affective brusque et momentanée, agréable ou pénible,
    souvent accompagnée de manifestations physiques.

    Le Corbusier lors d’un entretien avec des étudiants en architecture disait :
    « L’architecture est un fait d’art, un phénomène d’émotion, en dehors des questions de construction, au-delà.
    La Construction, C’EST POUR FAIRE TENIR, l’Architecture, C’EST POUR EMOUVOIR ».

     

    poésie urbaine

    Sous la chaleur de juin, je suis partie à la découverte du FAV enthousiasmée par la thématique,
    sûrement mon côté fleur bleu et aventureuse !!!

    Soit treize installations qui jouent avec nos émotions et nos perceptions, se jouent de nos sensations
    ou les déjouent et nous embarquent souvent dans d’autres dimensions
    Les installations sont surprenantes et interactives, jouent et se déjouent de nos émotions,
    proposent un dialogue avec le public, avec le lieu.
    Quelques une des installations offrent plus d’émotions, d’autres font appels à notre âme d’enfant;
    qu’elles soient positives (jeux,bien-être…) ou négatives (angoisses, désorientation…) l’émotion est multiple.

     

     

     Emotion Verticale

    Ouverture, resserrement, exiguïté…
    Le collectif ONA Architecture expérimente la relation spatiale créée par un élément architectural simple.
    Les émotions résultent du déplacement, des sensations générées par la répétition, les différentes hauteurs.

     

     

     

     

     

     

     

    Tomber dans le ciel

    Intimité, vertige, éternité…
    Ecole Technique supérieure d’Architecture de Saint-Sébastien
    Le projet transforme les limites, entrer dans la cour c’est entrer dans une autre dimension.
    Grâce aux miroirs, qui nous font découvrir la cour d’une autre manière,
    nous risquons de tomber dans le ciel !

     

     

     

     

     

     

     

     

    I <3 Montpellier

    Amour, symbolique, battements…
    Le collectif Pistachoffice évoque le sentiment d’amour et place Montpellier au centre de celui-ci.
    La vie liée à l’amour, ses expériences positives et négatives, aux différentes manières d’aimer et d’être aimé;
    Passion, affection, désir, haine, tristesse…

     

     

    Forme sauvage

    Sens, curiosité, infinité…
    Le projet du collectif S’il te plait agit comme un stimulus, activant les récepteurs sensoriels de chacun.
    L’émotion se fait donc par l’enivrement des sens.
    Une forme liquide se fige, indicible, sans contour. Une forme finie à l’interprétation infinie.
    L’idée n’est pas de produire une architecture mais bien de générer un espace saisissant.

     

     

     

     

     

     

     

     

    La Madeleine / prix spécial

    Nostalgie, enfance, créatif…
    Les émotions sont l’expérience de ce qui est passé, ce qui est en train d’être, ce qui sera.
    L’installation de l’Atelier MicroMega joue sur le pouvoir de la nostalgie.
    Le visiteur s’émeut et interagit avec le cube.
    Le monde qu’il renferme : évolutif, créatif et malléable fait appel à l’enfant.

     

     

     

     

     

     

    Souvenir particulier

    Cacher, observer, mystère…
    L’installation du collectif Commun a pour but de stimuler les émotions du passé,
    celles qui sommeillent en chacun de nous.
    Nous sommes invités à observer; au centre d’une architecture flottent des objets, symboles de lieux vécus,
    provoquant en chacun de nous un retour sur sa propre histoire, son enfance.

     

     

     

     

     

     

     

     

    TR_24

    Jeux, mouvements, peurs…
    Le collectif BEN-DAO interroge la fonction même d’une cour.
    Son caractère de point de passage est poussé à l’extrême.
    Le but est de traverser l’installation, guidé par votre choix, au fil des « portes » que vous poussez.
    L’installation devient comme un labyrinthe sans entrée et sans sortie
    avec pour le visiteur l’impression de se perdre, ou qu’il n’en sortira jamais.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Paper Cloud / prix du jury

    Transparence, fragile, illusion…
    Le Studio 3A élabore un espace d’illusion et de désillusion.
    L’environnement est ponctué d’ombre et de lumière,
    reflétant des couleurs différentes dans des temps différents.
    Cette structure de papier monochrome, ce nuage fusionne avec la lumière et disparaît.

     

     

     

     

     

     

     

     

    El Dorado

    Hypnotique, mouvements, éphémère…
    L’installation du collectif Pourquoi Pas ?! est une mise en scène sensorielle qui fait appel à l’imaginaire
    des contes et légendes, au mythe de la quête du trésor.
    Il s’agit de recréer le petit évènement enchanteur qui nous fait sentir que l’instant est unique.
    Le dispositif sollicite autant la vue que l’ouïe, hypnotisant le spectateur accroché au mouvement
    en action pour une poignée de secondes.

     

     

     

     

     

     

     

    AAA

    Anticipation, appréhension, angoisse…
    L’installation proposée par ODD accentue la transition entre deux espaces.
    Confronté à un mur noir, le visiteur aperçoit une entrée.
    Le seuil franchit, il est confronté à un passage sombre et tordu, à peine éclairé par un fin rayon de lumière à son terme.
    Une série d’émotions se succèdent lors de ce passage d’un espace à l’autre;
    Anticipation, Appréhension et Angoisse. Laquelle laisserons-nous prendre le dessus ?

     

     

     

     

     

     

     

     

    A travers

    Chassé-croissé, regards, quête…
    Le projet de Concentrico 03 tend à générer un nouveau monde dans l’imaginaire du visiteur.
    La volonté de l’équipe est de redonner de l’importance au puit, en le plaçant au coeur de l’installation.
    Un labyrinthe en bois, constitué de murs courbes, permet d’atteindre le puit par différents chemins.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Immersion / prix du public

    Plaisir, euphorie, bien-être, jeu, désorientation…
    Le festival procure un lieu et propose un défi aux architectes, à travers la transformation d’un cadre
    d’être capables de générer une émotion.
    Les espaces qui servent aujourd’hui au passage deviendront donc, pendant quelques jours,
    des conteneurs d’émotions. Lucia Martinez Pluchino et Raquel Duran Puente ont poussé cette idée
    à sa limite en remplissant une des cours de balles.
    Personne ne sortira indifférent de l’installation !

     

     

     

     

     

     

     

     

    The Courtain

    Métamorphose, variations, sérénité…
    L’émotion imposée par la beauté d’une nature suggérée,
    transforme l’installation artificielle en un réel paysage.
    Cette installation cristallise le temps et les changements lorsque la lumière, curieuse et pénétrante,
    se faufile au travers des cascades de feuilles qui envahissent l’intérieur de la cours.

    Merci pour l’expérience émotive !

    Sources : FAV
    La FAV avait lieu du 13 au 18 juin 2017

  • montpellier – théâtre saison 2017

    L’article 3 coups de théâtre, avait annoncé l’évènement !
    Nous avons retrouvé les Manaa pour la saison 2017 du théâtre.
    Comme chaque année, Me Anjolras nous a convié au spectacle, dans le hall de l’ESMA Montpellier.

    Les manaa nous ont fait redécouvrir pour le cours de techniques d’expression
    des oeuvres du théâtre absurde, Beckett, Ionesco, Adamov se sont invités à l’ESMA.

     

    Theatrum mundi

    L’Esma a vu de l’absurde !
    Qui n’a pas croisé de rhinocéros ? Une cantatrice (chauve) ? Un pompier ?
    Une ou plusieurs bonnes ? Ou les SMith et les Martin ???
    Il y a eu des versions tristes, des parodies comiques, des moments de fous rires,
    de rires qui ont fait un peu revivre Ionesco, Beckett ou Genet
    et leur philosophie sans idées reçues, sans règles et jouant sur le langage.

    Ces pièces éphémères ont pu détendre un peu l’atmosphère (ou pas !) avant les vacances,
    et un magazine conclura cette parenthèse théâtrale annuelle.

     

    Une morale à retenir ?

    Le monde entier est un théâtre et tous,
    hommes et femmes n’en sont que les acteur.

    (Shakespeare)

     

     

    Merci à tous pour ces beaux moments d’émotions, de partage et de jeux !
    Vous avez eu le beau rôle et on vous en remercie !
    (applaudissements !!!)

  • montpellier – jpo 2017

    Surnommée la « surdouée », la ville de Montpellier avec ses 300 jours de soleil par an
    fait le bonheur des étudiants et des touristes.
    Entre terre et mer, elle possède un patrimoine culturel à la hauteur des grandes métropoles
    qui saura enrichir votre soif de curiosité !

    Se perdre au grès des ses envies dans les ruelles du centre historique,
    découvrir une ville créative, dynamique et moderne.
    Et siroter un café en terrasse pour profiter de la douceur de vivre
    et observer l’ébullition et la richesse de la mixité Montpelliéraine.

     

    Montpellier l’audacieuse

    L’ESMA Montpellier située à proximité de la ville dans un quartier agréable et convivial
    desservie par le tramway.
    L’école profite d’un cadre agréable et fonctionnel.
    Je vous propose de découvrir les formations en arts appliqués,
    MANAABTS Design Graphique et BTS Design d’Espace.

    Merci à Barbara May pour notre collaboration *