• Création : APPLI BRAINSTORMING

    J’ai rencontré Guillaume lors de son oral de fin d’année de Manaa en 2018,
    j’ai été intriguée par sa personnalité et son rapport à la créativité.
    Il présentait un profil multidisciplinaire, des qualités dans chaque matières, une certaine curiosité
    et un discours fluide, simple et modeste. Une pépite d’étudiant !
    Passionné par le design intérieur et l’architecture, il s’est dirigé avec succès en Bachelor Design d’Espace

    En dehors de son cursus à l’Esma, Guillaume en permanente ébullition, développe différents projets.
    L’un d’eux a particulièrement piqué mon intérêt, son application BRAINSTORMING, pensée et conçue
    à l’attention des créatifs, elle te propose de trouver de nouvelles idées rapidement

    Cette application te propose de simplifier
    et enrichir tes brainstormings.


    BRAINSTORMING t’accompagne dans ton développement créatif en te permettant d’interagir
    avec un nuage lexical généré à partir du thème de ta recherche. Et bien d’autres fonctions encore…
    Pratique et indispensable !

     

    PEUX TU TE PRÉSENTER ?

    Bonjour Virginie, je suis en dernière année de Bachelor Design d’Espace à Montpellier.
    J’ai intégré cette formation après une année de Manaa Courbet.
    J’ai aussi une passion pour le développement que je nourris en parallèle de ma scolarité depuis 5 ans.
    Enfin, comme bien des étudiants à l’ESMA, j’ai beaucoup de curiosité pour les différentes techniques
    qui peuvent exister dans le domaine de l’audiovisuel comme le motion design, la photographie
    ou encore le montage.

     

    TU ES AUTODIDACTE EN INFORMATIQUE,
    D’Où TE VIENS CETTE PASSION ?

    Au collège, un ami très calé en informatique m’a montré un forum appelé le Site du Zéro,
    où l’on pouvait aussi trouver des tutoriels gratuits pour beaucoup de langages de programmation.
    Je me suis émerveillé devant ma première page HTML toute nulle, et depuis j’ai continué à apprendre
    sans m’en lasser !

    En 2013, j’ai participé au Apple WWDC Scholarship qui m’a permis d’aller une semaine en Californie suivre cette conférence; à ce moment là c’était la sortie d’iOS 7. Bien que j’ai du essuyer quelques regards noirs
    vers mon ordi offert par la Région à l’époque, c’était vraiment une expérience mémorable qui m’a encouragé à persévérer.

     

    TU AS CRéé UNE APPLICATION : BRAINSTORMING.
    TROIS MOTS POUR LA DéFINIR.

    Outre son nom, je dirais : lexique, références et expérience.

    Comment t’es venue l’idée de cette appli. ?

    Depuis la Manaa, la plupart des projets qu’on a pu mener commençaient par une analyse de la demande, souvent suivie d’une réflexion sémiologique demandant beaucoup de recherche lexicale.
    Avoir un outil pouvant faciliter cette démarche représentait un vrai gain de temps dans la mise en place
    de propositions.

    J’ai eu envie de penser à une façon agréable
    et logique de formuler un tel outil.

     

    Peux-tu nous décrire ses fonctionnalités ?

    En saisissant la thématique du sujet (le livre, l’ouverture, ou autre…), l’application propose un ensemble
    de mots qui lui sont liés
    .
    Des synonymes, des sens alternatifs, des antonymes peuvent alors être trouvés.
    Il est aussi possible d’ajouter des références artistiques et visuelles, cinématographiques, des images du web ainsi que des images personnelles. Il est possible à tout moment de voir le brainstorming global,
    pour choisir les “pistes” ainsi choisies et les explorer à leur tour.
    Enfin, le brainstorming peut être partagé via un lien très court pour être conservé, partagé ou ré-exploité.

    Quel a été ton plus grand défi pour ce projet ?

    La difficulté sur un produit publié comme celui-ci c’est de le maintenir opérationnel sur le long terme,
    tout en le faisant évoluer.
    Parfois, des gens venaient me voir en me disant “mon appli ne fonctionne pas”, il faut alors comprendre pourquoi et régler le problème le plus vite possible.
    C’est un peu comme un commerçant qui surveillerait l’état de sa devanture, c’est vraiment une veille continue.

     

    Tu as les statistiques à propos de tes utilisateurs,
    qui sont-ils ?

    Depuis son lancement en octobre 2018, elle a été téléchargée près de 2 000 fois.
    Elle recense des utilisateurs des États Unis (40%), la France (35%), le Canada, le Royaume Uni et l’Allemagne. En moyenne, elle apparaît une vingtaine de fois par jour dans l’App Store.
    Au final, beaucoup de personnes cherchent un outil pour leurs brainstormings et dans des secteurs
    très variés !

     

    A terme, quelles sont tes espérances pour cette appli. ?

    Idéalement, j’aimerais l’améliorer suffisamment pour lui donner la crédibilité de devenir un réflexe
    pour les créatifs qui abordent une démarche créative
    .

    J’essaie de réfléchir à des façons de la rendre
    aussi intuitive et proactive que possible.

     

    Et dis-moi, as tu créé d’autres appli. ?!

    Il se trouve que oui : à l’heure actuelle j’ai deux autres applications sur l’App Store.
    Une application de suivi nutritionnel que j’ai eu la chance de pouvoir appeler Chef, et un petit jeu d’arcade dans le style 8-bit avec une bande originale réalisée par un ami de l’ACFA Sound Design de Montpellier
    (ØZĖF sur Soundcloud) que j’ai appelé Shuttle Rush.

     

    Tu me sembles très actif et productif,
    quels sont tes autres centres d’intérêts ?

    En ce moment je suis obsédé par l’art génératif, une discipline qui conjugue design d’espace, production audiovisuelle et programmation.
    L’idée de pouvoir interagir avec une oeuvre à grande échelle qui évolue avec le temps, les spectateurs,
    le son ou la donnée me paraît fascinante.
    Ce concept d’installation, auquel notre formation nous a initié à plusieurs reprises, m’attire de plus en plus !

     

    Merci Guillaume ^^
    Et toi télécharge BRAINSTORMING !

  • 5 INSTA À SUIVRE… #5

    Instagram est l’un des réseaux sociaux les plus efficaces pour les designers.
    Basé sur l’image, tu captures et partages le monde qui t’entoure, post tes influences, ton travail,
    tes coups de coeur…

    Suite de la rubrique, voici l’article #5, je te propose une liste de comptes inspirants, intéressants et innovants.
    Graphisme, architecture, illustration, dessin, typographie, motion-design…

    m_magazine

    M Le magazine du Monde
    Le goût de M présente des objets, lieux et inspirations culturelles diverses : littérature, musique, mode, photographie, architecture, cinéma…
    Le M nous informe et décrypte notre époque : entretien, enquête…

    Nouveau le M lance son podcast, avec Le Goût de M.
    Pour la première, Marina Foïs parle de son histoire autour du goût et ses dégoûts, à Géraldine Sarratia.
    Elle évoque ce qui touche au mélange (des origines, des cultures, des essences, des milieux).

    architecturever et greenarchitecturever

    Soyez le changement pour apporter le changement autour de vous.
    Ou comment être des créatifs éco-responsable ?! et prendre nos responsabilités pour notre futur…

    Achitecture Ever te propose des posts de merveilles architecturales à travers le monde ainsi que des inspirations d’aménagements intérieurs et de design.

    violaineetjeremy

    Fondé par Jérémy Schneider et Violaine Orsoni, V & J est un studio de création multidisciplinaire
    axé sur le graphisme, la typographie, l’illustration.
    Un studio conçu autour des arts et métiers du graphisme pour transmettre de beaux messages.
    V & J croient en la beauté, le raffinement, la délicatesse et l’intemporalité.

    V & J conçoivent leurs polices pour les projets de graphisme sur lesquels ils travaillent,
    et ont créé leur fonderie.
    Des Fonts* sensibles, fortes et particulières. 

    *une police de caractère

    lefrenchdesign

    Plateforme de rencontres, de Tendances et d’exposition du French Design.
    Le French Design donne une visibilité sur notre héritage culturel et l’art de vivre à la française 
    à travers ses créateurs, ses savoir-faire artisanaux et industriels et ses écoles.
    Le French Design nous inspire et s’ouvre au monde !
    LFD s’adresse aux générations toujours plus connectées, nomades et en quête de sens et d’émotion,
    mais qui devront aussi être plus éco-conscientes.

    taschen

    Éditeur d’Art, d’Anthropologie.
    L’IG TASCHEN met en relation ses posts et ses livres –Art, Art de vivre, Architecture, Graphisme, Photographie, Mode, Cinéma… Des Livres d’art, qui explorent les sujets de prédilection
    et de préoccupation de l’art contemporain.

  • MES COUPS DE <3 DU MOMENT #6

    Voici la liste de mes coups de coeurs du moment, actualités, influences, tendances, phénomènes, …

    En retour j’attends les tiens !!!

     

    LES RENCONTRES D’ARLES

    Encore un été où je passe une belle journée en Arles pour Les rencontres photographiques.
    Pour cette 50ème édition, la sélection était comme d’habitude étonnante.
    En voici un petit aperçu !

    LA MOVIDA, chronique d’une agitation, 1978-1988

    « C’est difficile de parler de La Movida et de l’expliquer à ceux qui ne vivaient pas à cette époque.
    Nous n’étions pas une génération, nous étions un mouvement artistique … » Pedro Almodovar

    Le secret de la Movida : une époque, des gens, des rencontres.
    Le phénomène de contre-culture est apparu à Madrid dans la période post-franquiste, après plusieurs décennies de dictature des artistes flamboyants présentent l’être comme une forme de résistance politique.
    Cette vague d’expression singulière englobait la musique, l’art, la vie nocturne, les publications
    et le cinéma underground.

     

    Alberto García-AlixPablo Pérez-Mínguez et Miguel Trillo

     

    Ouka Leele

     

    PIXY LIAO, une relation expérimentale

     

    « L’objectif de cette expérience est de faire éclater le modèle inhérent aux relations hétérosexuelles
    pour laisser la place à de nouvelles formes d’équilibre. »

    La photographe Chinoise Pixy Liao se sert de sa relation avec son petit-ami, Moro, afin d’explorer
    et mettre en scène les conventions sociales liées aux genres et aux rôles qu’on leur attribue.
    Dans ses photographies, Liao se pose en dominante, son petit ami adopte une position de soumission.
    Ces mises en scène posent la question du rôle attribué à un genre.

    Une relation expérimentale en trois mots : 
    Amour, expérience et équilibre.

    KARTELL

    NEW Componibili

    En 2017, Kartell a célébré le 50e anniversaire de Componibili, l’un des objets les plus emblématiques
    de la marque depuis 1967.
    Ces éléments modulables ont été conçus pour répondre à différentes utilisations et pour trouver place
    dans toutes les pièces de la maison. A la base du système, la superposition de différents éléments qui s’emboîtent et composent des meubles de rangements pratiques et design. Les Componibili ont reçu de multiples récompenses pour la valeur et l’innovation du projet, ils sont exposés au Musée d’art moderne de New York et au Centre Pompidou à Paris.

    « Kartell loves the planet » est nouvel adage de la marque.
    Kartell inscrit celle-ci dans une recherche d’innovation toujours plus verte et éco-responsable avec le ComponibiliBio et 
    continue à lui faire traverser les époques.
    La marque abandonne le plastique ABS, pour un bioplastique fabriquée à partir de déchets agricoles. 

     

     

    SOFFA SANS 

    IKEA crée la plus confortable des polices

    Ikea lance sa typographie créée à partir d’un modèle de canapé. 
    Sofa Sans est inspirée de différentes combinaisons possibles du sofa Vallentuna !

    La marque suédoise a eu cette idée suite à la mise en ligne de son site Design your own sofa. Cet outil permet aux clients de concevoir  et personnaliser son aménagement à partir des modèles Ikea. 
    Les utilisateurs ont rapidement utilisé l’outil avec une grande liberté de création, détourné celui-ci son utilisation première 
    et posté leurs créations sur les réseaux sociaux !  
    S’inspirant du potentiel créatif de ses clients, Ikea et l’agence Proximity London ont crée la police Soffa Sans, la police la plus confortable au monde.

    Sa forme modulaire et son espacement décontracté des lettres en font une  police ludique.
    En libre téléchargement ici

    PETER LINDBERGH

    Photographe de mode

    Peter Lindbergh s’est éteint ce 03/09/2019… Il était l’un des plus grands photographes de mode contemporains. Maître du noir et blanc, il sublimait le naturel des femmes. Avec lui, le simple était chic et glamour.

    « Je pense qu’au lieu d’idées sophistiquées, il est plus important d’essayer de créer un condensé 
    de ce qu’est une femme à ce moment précis : libre, engagée dans la vie, indépendante. »

    Il collaborait avec de nombreux magazines comme Vogue, signant des clichés qui ont marqué l’histoire
    de la photographie des 40 dernières années.

  • FOCUS INSTA #PSENA

    Ancien étudiant de l’Esma Toulouse,
    Damien aka Psena nous parle de son parcours, ses projets autour de son amour pour les lettres. 
    Une rencontre, entre le sens d’un mot, son dessin, son caractère; qui rend les créations de Psena
    justes et urbaines.

    Passionnée de design graphique PSENA nous offre ses typos sur mesure sur son compte Instagram.
    Je te laisse le découvrir !

     

    BONJOUR PSENA, PEUX-TU TE PRÉSENTER À NOS LECTEURS
    ET RETRACER TON PARCOURS ?

    Bonjour, Damien aka Psena, 29 ans, toulousain.
    J’ai commencé à peindre grâce à mes potes Antoine et Gauthier, il y a maintenant plus de 10 ans.
    J’ai toujours gribouillé sur mes feuilles de cours, mais rien de sérieux ou potable…
    C’est vraiment le graffiti qui, au fil des années m’a amené à gratter la feuille sérieusement
    afin de tenter de développer une approche singulière.

    Après avoir fait un DUT qui n’avait rien à voir, je me suis laissé une année pour voyager avec mon frère,
    ce qui m’a permis de me recentrer sur ce que je voulais.
    Pour l’anecdote, j’ai postulé pour rentrer en Manaa à l’ESMA Toulouse, depuis un hamac au Cambodge
    devant le Mékong !

    Passionné par le dessin de la lettre, j’ai fait cette manaa avec l’objectif d’effectuer le BTS Design Graphique. 
    Après ce BTS j’ai enchainé sur une Licence pro Graphisme et conception éditoriale à Chaumont
    (le digital ne m’a jamais vraiment attiré, le papier c’est comme la lettre, son aspect en dit déjà beaucoup).
    À la fin de mon stage de licence à Paris, j’ai commencé à travailler en Freelance, d’abord sur Paris
    puis de retour à Toulouse, pendant 2 ans environ.
    En décembre dernier j’ai intégré l’agence de communication culinaire Spatule Prod’,
    dans laquelle j’évolue depuis en CDI.

     

    QUEL EST LA SIGNIFICATION DE TON BLAZE ?!

    C’est le verlan de mon blaze avec lequel j’ai commencé à peindre « Naps » ( les siestes en anglais),
    c’était une période ou j’adorais me taper des grandes siestes, c’est toujours le cas
    mais je suis plus sur une base de micro-sieste après le repas.

     

    COMMENT A ÉVOLUÉ TON GRAPHISME DE LA RUE À L’ÉCOLE 
    ET AUJOURD’HUI DANS LE MONDE PRO ?

    Mon approche du dessin de la lettre a commencé à évoluer dès la manaa, en commençant à aller vers
    le lettering. Mais c’est vraiment en BTS Design graphic, que j’ai évolué, apprenant un peu plus en profondeur
    les bases typographiques que ce soit d’un point de vue historique ou pratique.

    Mais avec du recul c’est en partie grâce à Romy, ma prof d’expressions plastiques à l’époque.
    On devait tout au long de l’année travailler notre univers perso pour créer à la fin de l’année un livre d’artiste.
    Elle m’a pas mal « clashé » sur le fait que la plupart de mes dessins étaient du graffiti même si je tentais
    de m’en éloigner constamment. Ça m’a poussé à développer la lettre avec une autre approche,
    à tester de nouveaux médiums sur de nouveaux supports…

     

     

    Aujourd’hui dans le monde pro, on me fait de plus en plus confiance sur mon délire, par conséquent

    j’arrive de plus en plus à travailler sur des projets
    qui me ressemblent

    et où je peux me faire plaisir que ce soit à mon compte, pour des décos murales ou même au sein de l’agence où j’évolue.

     

     

     

    PEUX TU NOUS DÉCRIRE TON UNIVERS TYPO – GRAPHIQUE ? 
    COMMENT TU AS TROUVÉ TON STYLE ?

    QUELLES SONT TES RÉFÉRENCES ?

    Vous l’avez constaté, c’est le dessin de lettres qui me passionne, c’est donc une base de travail
    dans toutes mes productions.
    Ce n’est jamais évident de définir son univers, j’essaie tout le temps d’évoluer, de tester de nouvelles choses.
    Mais comme dit auparavant, mon approche de designer graphique se ressent très fortement dans
    ma manière de structurer mes compositions typographiques. Je n’aime pas les fioritures, les imperfections.

    Je sais pas si j’ai un style très défini. J’aime évoluer, essayer, expérimenter. Peut être que dans un an
    mon travail n’aura rien à voir. Il évolue depuis des années grâce à des rencontres, des découvertes d’outils, des contraintes liées à des projets…

    Je vous donne pas mal de références actuelles plus bas mais d’un point de vue classique,
    elles passent par des graphistes comme Neville Brody, Herb Lubalin, Théo Van Doesburg,
    forcément le mouvement du Bauhaus.
    Mais les références sont partout que ce soit dans un tag avec un flow de malade, les devantures
    de peintres en lettre, l’architecture ou encore le mobilier.

    La ville qui nous entoure est une source de références inépuisables et en constante évolution.

     

     

    QUEL IMPACT A POUR TOI LA TYPOGRAPHIE ?

    L’esthétique d’une lettre a une puissance tellement incroyable sur le ressenti de ce qu’on lit.
    Comme on dit, on peut écrire 300 fois le même mot avec une esthétique différente à chaque fois,
    il véhiculera 300 émotions différentes.
    C’est passionnant de voir comment elle a évolué avec son temps et ses courants artistiques,
    depuis les premiers idéogrammes jusqu’à aujourd’hui.
    C’est fou de voir tout ce qu’on peut faire, imaginer, à travers ces 26 signes qui composent notre alphabet
    et qui sont l’essence de la transmission, par conséquent de notre évolution.

    QUE T’APPORTENT LES RÉSEAUX SOCIAUX COMME INSTAGRAM
    ET COMMENT L’UTILISES-TU ?

    J’essaie de ne pas me prendre trop la tête avec insta à me dire qu’il faut poster comme ci ou comme ça,
    ou à tel heure, tous les jours… J’ai quand même voulu donner une cohérence visuelle à mon feed,
    l’arrivée du carrousel a permis de faire une photo de couverture chartée et rentrer en profondeur dans chaque projet, production en faisant défiler par la suite.
    C’est uniquement d’un point de vue artistique et pro que je l’utilise (il y a quand même des moments d’égarements avec des stories hors sujet à des heures improbables, tmtc).

    C’est le support qui m’apporte une bonne visibilité, quelques projets indirectement et une grande dose
    de motivation en ayant accès rapidement à une masse d’artistes fous qui vont toujours plus loin.

    Il permet aussi aux personnes qui m’entourent de près ou de loin de savoir ce que je fais plus concrètement. Dire aujourd’hui, je suis graphiste, peintre, graffeur, passionné par le dessin de la lettre, veut tout et rien dire. La plupart des gens ont Instagram, c’est la première chose qu’on te demande quand tu dis que tu dessines
    ou que tu peins.
    C’est une sorte de portfolio facile d’accès que les gens peuvent suivre facilement, contrairement à Behance, Dribble ou un site perso. Ce qui amène forcément à un moment donné à des projets grâce au bouche à oreille. 

    On va pas se le cacher, c’est aussi de la branlette qui fait du bien à l’égo et qui donne de la force.

     

     

    PEUX-TU NOUS FAIRE PARTAGER TES LIENS IG ?!

    www.instagram.com/etienne_renard/ 

    www.instagram.com/rylsee/

    www.instagram.com/club_lettreurs/

    www.instagram.com/saidkinos/

    www.instagram.com/tyrsamisu/

    www.instagram.com/franckpellegrino/

    www.instagram.com/outline_studio/

    www.instagram.com/wwwesh.studio/

    www.instagram.com/owengildersleeve/

    www.instagram.com/atelier_bingo/

    www.instagram.com/tristan_kerr/

    www.instagram.com/benjohnstondesign/

    www.instagram.com/insta_grems/

    www.instagram.com/angeltoren/

    www.instagram.com/pepitecollectif/

    www.instagram.com/rougevertblanc/

    www.instagram.com/jer_hellocollective/

    www.instagram.com/felipepantone/

    www.instagram.com/pheno_feno/

    www.instagram.com/_fortrose_/

    www.instagram.com/guidodeboer/

    www.instagram.com/_nelio/

    www.instagram.com/tomas_lacque/?hl=zh-cn

     

    TA DERNIÈRE EXPO DÉBUT JUIN AU MARCHÉ NOIR PRÉSENTAIT 
    DES TABLEAUX TYPO EN VOLUME ENTRE GRAFFITI ET ABSTRACTION.
    PEUX TU NOUS PARLER DE CETTE DÉMARCHE
    ET DE TON APPROCHE DU LASER ?

    Dans cette expo, j’ai voulu aborder les formats à travers des compositions fortes et très structurées. Comme tu l’as dis, c’est un mix entre les différents styles et approches des lettres que j’affectionne,
    d’où son nom « Hybride ».
    On peut l’imaginer comme une entité qui a un trouble de personnalité multiple.
    Je me suis imposé de travailler la couleur pour une fois. Je suis depuis un moment dans la facilité N&B + doré ou une couleur, c’était un petit défi pour moi de rechercher un nuancier avec lequel travailler qui sortait
    de ce que j’ai pu faire jusqu’à présent.

    Le laser est un outil simple et efficace pour avoir un rendu très propre comme je l’aime
    et me permet de donner du relief à mes créations.
    Il permet vraiment de tester différentes choses rapidement et sur différents matériaux.
    Pour l’occasion, j’ai fait des portes-clés en plexi que je donnais au vernissage, j’ai fait une lampe typographique pendant ma licence, testé des patchs en cuir gravés au laser pour coudre sur du textile. 

     

     

     

    QUELS SONT TES ANNONCEURS ?
    PEUX TU NOUS DÉCRIRE TES DIFFÉRENTES MÉTHODES DE TRAVAIL ?
    QUE CE SOIT POUR UN MUR, UN LOGO OU UN SKATE. 

    Mes annonceurs sont assez variés, ça peut être une salle de crossfit comme une agence immobilière,
    un mur pour un évènement, une déco dans une Start-up, la communication d’une pièce de danse contemporaine, l’identité visuelle d’un coiffeur-barbier.
    Je n’ai pas de secteur dans lequel j’évolue particulièrement.

    Quelque soit la finalité, le projet commencera toujours sur une feuille que ce soit des idées gribouillées
    à l’arrache ou des sketch plus poussés.
    Pour un projet de logo il y aura forcément une partie recherche de référence, moodboard…
    Pour les projets muraux, je le fais si le projet est en accord avec mon univers et si ce n’est pas le cas
    je rentre en discussion avec le commanditaire pour l’orienter vers quelque chose qui me plait.
    Si ça ne match pas, je préfère ne pas faire quelque chose qui ne me plait pas.
    Pour la salle de crossfit par exemple, à l’origine le client me demandait de recopier un mur bien beauf
    d’une salle partenaire, la pire des situations ! 

    QUE PEUX-TU NOUS PARLER DE TES PROJETS ACTUELS ET À VENIR ?

    J’ai vraiment eu de bons retours sur l’expo au Marché Noir, j’ai eu quelques commandes depuis
    et ça m’a motivé à en préparer une autre pour cette fin d’année.
    Je vais me concentrer sur de plus grands formats et apporter un peu de matière, texture, issues des outils que j’utilise comme les brush pen ou le spray ; rapporter un peu vie avec une place à la spontanéité
    qui me manque dans ces dernières prods
    .
    Avec l’acolyte Béni et mon frère Paked, on pense à développer un petit festival d’art urbain sans prétention dans les Landes. À l’instar du zine Lezineki que j’avais fait avec le frérot, l’objectif serait juste de se faire plaisir en regroupant des artistes qui nous font kiffer.

    On pense toujours à faire du textile, comme beaucoup, d’où les tests de gravure sur cuir. 

    Je vais quand même sûrement faire une petite série de tees pour délirer avec des tampons en linogravure.


    En parallèle, je vais sûrement collaborer avec le poto Huit Mains, sérigraphe et créateur de skate maison,
    pour développer une petite marque. Il presse ses propres boards dans son atelier.
    L’objectif dans un premier temps serait de créer l’identité de celle-ci et de faire une première collab sur board.

    Affaires à suivre…

    Damien PAQUIOT
    Design graphique – Lettering
    www.instagram.com/pseeena/
    www.behance.net/DamienPaquiot

     

    Merci Psena pour cette itw passionnée, avec du caractère, du corps & une certaine casse !

  • mes coups de <3 du moment #5

    Voici la liste de mes coups de coeurs du moment, actualités, influences, tendances, phénomènes, …
    En retour j’attends les tiens !!!

     

    24 CHARTES GRAPHIQUES POUR 24 CRÉATIFS

    STARTER – Le livre d’art qui follow la jeunesse créative

    Tu connais (ou non !) mon amour pour le print, la création et les personnalités créativement aventureuses.
    Voici un projet que je souhaite valoriser pour ces raisons ainsi que pour la mise en page particulièrement audacieuse et dynamique.
    STARTER porte un message optimiste à destination des jeunes d’aujourd’hui et de demain.

    L’impulsion de croire en sa capacité à se singulariser

    Passionnée et déterminée Lì-Lù June, du haut de ses 17 ans, porte un projet audacieuxSTARTER, 
    un livre qui valorise la jeune scène artistique française, fertile, engagée, créative, et éveillée.

    Aux côtés de la designer graphique Lana Lofé, les deux créatives conçoivent un livre d’art
    qui valorise la création de la nouvelle génération.
    Pour chacun des 24 plasticiens, danseurs, comédiens ou réalisateurs, 
    Lì-Lù va à leur rencontre et travaille des portraits intimes.
    Lana Lofé pense une charte graphique bien à eux.
    Le projet à naître est à soutenir sur la plateforme participative Kiss Kiss Bank Bank

    DESIGN PARADE

    Une pièce dans une maison au bord de la Méditerranée

    Design Parade a pour ambition de partager la création contemporaine dans le domaine du design
    avec le public et les professionnels.
    La Design Parade de Toulon met chaque année 10 nouveaux profils à l’honneur,
    leur offrant une vitrine et un accompagnement uniques.
    Le festival se veut aussi un moment de partage, de rencontre et de découverte.

    L’idée ? Soutenir les talents créatifs émergents du monde du design et de l’architecture d’intérieur.

    C’est le projet Zou maé ! des lauréats Céline Tibault et Géraud Pellottiero qui a remporté le premier prix,
    avec un claustra et une baignoire moulée… en savons. Une incroyable salle de bains !
    Ils ont imaginé cette pièce avec une savonnerie locale. A la fin de l’exposition, l’installation repartira à l’usine pour vivre une nouvelle vie et ne provoquera aucun déchet. 

    Retrouve l’ensemble des projets sur villanoailles-hyeres.com

    • NURIA MORA
      NURIA MORA
    • DR PONCE
      DR PONCE
    • BAUDELOCQUE
      BAUDELOCQUE
    • RAMO
      RAMO
    • RATUR & SKARO
      RATUR & SKARO
    • GODDOG
      GODDOG
    • SETH
      SETH
    • BAULT & MAYE
      BAULT & MAYE
    • MADEMOISELLE MAURICE
      MADEMOISELLE MAURICE
    • SUNRA
      SUNRA
    K-LIVE

    Sea, Art & Sound…

    Depuis 11 ans le festival a permis de développer un patrimoine urbain prestigieux.
    Parmi les pionniers à valoriser des œuvres jugées vandales, le K-Live est un acteur majeur du mouvement street art en France.

    Je ne me lasse pas de faire découvrir le K-live chaque année à différents amis. 
    Parcourir la ville de Sète et découvrir au coin d’un restaurant, à l’angle d’une rue, sur le sol ou en hauteur,
    les oeuvres murales des artistes.
    Sans oublier les pauses en terrasse à regarder s’animer le port de pêche.
    Une belle journée au cœur du MaCO (Musée à Ciel Ouvert).

    Chaque année, durant une semaine, les passants peuvent ainsi côtoyer des artistes qui travaillent
    à la bombe, au rouleau, au pochoir, parfois à la spatule ou à la craie.
    Des graffeurs-es, peintres, colleuses ou sculpteurs dont les interventions démontrent
    une variété vertigineuse d’influences.
    Des oeuvres à voir toute l’année.
    Pense à te munir du plan à l’office du tourisme !

     

     

     

    -M- Grand petit con

    Quand je vois dans tes yeux d’enfant

    Michel Gondry réalise le clip génial de « Grand petit con » pour -M-
    Une animation enfantine et fantasque fait de feuilles de couleurs, ciseaux et colle en bâton…
    Un univers visuel qui peut paraitre désuet mais complètement actuel avec un retour vers le passé
    avec les technologies d’aujourd’hui !
    Captés avec un smartphone posé au-dessus d’un plan de travail, le réalisateur déplace les petits bouts
    de papier étape par étape…
    Un travail laborieux mais une véritable madeleine de proust pour ma génération ! 
    Et pour toi peut-être, une envie de retour au traditionnel, une envie d’émotion ^^

  • WS Graff : fresque commune


    Avec les étudiants de Bachelor Design Graphique nous sommes partis à la découverte du graffiti,
    nous avons retrouvé Salamech sur le chantier du futur Campus Créatif de Montpellier.

    Nous l’avions rencontré l’an dernier avec les DG1 lors de l’exposition « Studiophrénie ».
    Salamech avait été notre guide, avec la bienveillance qui le caractérise !
    Lire aussi > STUDIOPHRÉNIE, RENCONTRE AVEC SALAMECH

    WORKSHOP GRAFFITI AVEC SALAMECH

    Nous arrivons sur les lieux, 20 étudiants dont 90% de novice dans la pratique du graffiti !
    La curiosité les a poussé à participer à cet atelier afin de collaborer avec l’artiste,
    découvrir son travail et le street art.
    Une certaine appréhension est présente : nous sommes totalement inexpérimentés,
    il est 14h le chantier est actif et le vent souffle à 70km/h.
    Le soulagement est rapidement apaisé lorsque Salamech nous explique le déroulement de l’atelier,
    il a pris en considération tous ces éléments, nous serons tous sur un même pied d’égalité.
    Nous allons tous participer, y compris moi !

    EN BOMBE !

    Nous sommes tous au même niveau de compétences, quelques soient nos connaissances
    dans le domaine !
    Salamech nous fait découvrir une technique que lui-même ne maîtrise pas, de sorte que tout le monde
    y trouve son compte. Nous utiliserons la bombe de manière différente, sans caps’;
    percer la bombe de peinture avec une pointe et après l’explosion laisser notre inspiration nous guider !
    Nous avons besoin de notre intuition, notre réactivité et notre gestuelle car la bombe va se vider rapidement, une projection qui va durer quelques secondes…
    Nous expérimentons cette technique les uns avec les autres au gré des couleurs.
    Le mélange de nos différents gestes, mouvements et couleurs donne un résultat assez homogène
    tout en ayant la touche de chacun.
    Un travail d’équipe, de partage, de découverte, explosif et coloré !

    Le résultat final va dans le sens de expressionnisme abstrait, de la liberté créatrice.
    Les éclaboussures et les mouvements aléatoires créent un ensemble de nuances intéressantes,
    une certaine intensité.

    Pour finir l’atelier Salamech’ nous invite à prendre en photo des éléments choisis de notre fresque.
    Le résultat est bluffant, les gros plans laissent apparaitre la vraie beauté de l’oeuvre.
    Difficile d’emporter un bout de ces 10 mètres à la maison… nous garderons en souvenir un bon moment,
    un retour à l’enfance énergique et spontané !!!

    « L’expression désinvolte d’une poésie collective »
    Jacques Villeglé

    « Cet atelier intuitif et spontané m’a permis de découvrir une nouvelle manière de graffer. »

    « Salamech’ est très ouvert et prend le temps de répondre à nos interrogations,
    ce qui a facilité le bon déroulement du workshop. Une super rencontre il est très sympa ! »

    « J’ai apprécié cette expérience qui m’a vraiment donné l’occasion de réaliser quelque chose de graphique,
    sans penser au résultat final. »

    « L’approche aléatoire que l’on a eu, changeait du côté machinal remplissage/contour que l’on retrouve dans le graffiti conventionnel. »

    Cette technique permet un lâcher prise artistique.

    « Ça faisait longtemps que je voulais tester le graff, Salamech’ nous a proposé une super initiation ! »

    Je me suis éclatée, c’était un très bon moment de partage !

    « C’était génial, ça m’a donné envie de recommencer !
    J’ai d’ailleurs acheté des bombes pour commencer avec la porte de ma chambre ! »

    Merci à Salamech pour cette découverte du graff et ses conseils.
    Comme notre fresque l’article est collaboratif,
    merci à Melissa, Eleonore, Marie, Chloé, Emilie, Mailys ainsi que Louis, Carlos et Simon pour leurs retours.

  • DESIGN COURT – PROJET

    Une nouvelle rubrique se profile pour ces prochains mois, le DESIGN COURT.

    Un Design court est un « film » d’une durée inférieure à trois minutes présentant un designer.
    J’ai pensé qu’il serait intéressant de présenter sous un format vidéo et rapide des artistes,
    street artistes, architectes, designers, graphiques, illustrateurs, typographes, réalisateurs, etc…
    toujours dans le but d’aiguiser ta curiosité !
    Et pour cela pourquoi pas une présentation faite par toi, l’étudiant en arts appliqués ?!

    Où, quand, comment ?

    Comme pour la plupart des courts-métrages, ta vidéo sera filmée de manière indépendante et expérimentale
    avec votre smartphone !
    Tu nous présenteras l’artiste de ton choix de manière concise, claire, dynamique et intéressante.
    Quand tout est bouclé, envoie moi ta vidéo par mail, ensuite elle sera diffusée sur IG ainsi que sur le blog.

    Tu es totalement libre mais voici quelques conseils :
    La cible, à qui s’adresse cette vidéo et comment intéresser les lecteurs du blog ou abonnés IG ?
    Le lieu, dans quel environnement vas-tu filmer ta vidéo ?
    Le contenu, il faut préparer un minimum ta présentation même si tu es passionné par l’artiste,
    car je te le rappelle le format est (très) court !

    Maintenant c’est à toi de jouer 😉
    Envoie ton artiste sur le mail du Chant du Design 
    contact@lechantdudesign.com

  • mes coups de <3 du moment #4

    Voici la liste de mes coups de coeurs du moment, actualités, influences, tendances, phénomènes, …
    En retour j’attends les tiens !!!

    The Dafi Kühne Printing Show™

    Le Dafi Kühne Printing Show ™ est une série de vidéos éducatives sur l’impression typographique.
    Dafi Kühne, graphiste et typographe, basé à Zurich, partage ses recettes d’impression les plus secrètes.

    Une véritable expérience mêlant l’utilisation de l’impression traditionnelle et le graphisme contemporain.
    Un design retour vers le futur !
    Dafi nous propose d’entrée dans son atelier, baby ink twice, et nous explique ses processus de créations.
    Son générique, ses looks bien particuliers, ses expérimentations… je ne parle pas un mot d’anglais
    mais je resterai des heures devant ses vidéos !


    Il utilise une variété d’outils allant de l’ordinateur à la presse manuelle pour l’impression à chaud,
    de caractères en bois et en plomb, de machines de découpe laser, du plexiglas, du linoléum
    et d’une résine plastique coulée à la main…

    L’objectif de Dafi Kühne est tout simplement de trouver les outils adaptés à la réalisation
    de ses idées et repousser les limites de ses conceptions.

    Soit curieux et va aussi voir son site, ludique et électro ici

    RAMS

    « RAMS » est le nouveau documentaire du réalisateur Gary Hustwit sur le légendaire designer Dieter Rams.
    L’un des designers industriels les plus influents de notre époque, et créateur de produits emblématiques
    pour Braun, Vitsœ. Les objets conçus par Dieter Rams ont touché la vie de millions de personnes.
    L’influence de Dieter s’étend également à ses «Dix principes de bonne conception»,
    une liste qui défend la simplicité du design.
    La philosophie de Dieter va au-delà de la simple conception, c’est une façon de vivre.

    « L’homme qui a pratiquement inventé le design de produits de consommation tels que
    nous le connaissons aujourd’hui. » The Guardian
    « Pour quantifier son impact, il suffit de regarder les millions de produits Apple dans nos poches. »
    Fast Company
    « La philosophie de conception de Dieter Rams a façonné la façon dont des générations entières
    envisagent de fabriquer et de consommer. » Wired

    PANTONE 16-1546 Living Corail

    La couleur de l’année Pantone, en 2019, sera le Living Corail.
    Le Living Corail par sa présence dans notre environnement naturel « encourage les activités joyeuses,
    il incarne une expression pleine de légèreté ». 
    Ce ton chaud et accueillant est synonyme de confort et de positivité, mais il peut-être aussi aventureux
    et pétillant suivant différents secteurs de créations !

    Tu peux retrouver les informations autour de cette teinte et la manière de l’utiliser pour tes projets
    sur le site Pantone.


  • FOCUS INSTA #ENIRAM

    Ancienne étudiante de l’Esma Toulouse,
    Marine aka ENIRAM nous parle de ses projets d’illustrations au graphisme heureux, généreux, pop et acidulé !
    Passionnée de design graphique Eniram nous offre ses séries d’illustrations sur son compte Instagram.
    Viens la découvrir !

     

    Bonjour Eniram, Peux-tu te présenter à nos lecteurs
    et retracer ton parcours
     ?

    Bonjour, je m’appelle Marine Boucher (Eniram à l’envers), j’ai 26 ans et je suis toulousaine pure souche !
    J’ai fait un BAC ES, puis une Manaa à l’ESMA de Toulouse avec l’idée de devenir architecte.
    De toute évidence ce n’est pas du tout ce qui s’est passé puisque j’ai décidé de continuer
    avec un BTS Design graphique option médias imprimés, une vraie révélation !
    J’ai terminé mes études cet été avec en poche une licence et un master Couleur, Image, Design
    obtenu à l’ISCID de Montauban.

     

    Peux tu nous décrire ton univers et ton style

    Je crois que je suis toujours en constante recherche de mon univers.
    Depuis petite j’adore dessiner, mais dans le cadre de mes études j’ai détesté ça,
    l’illustration était mon ennemie. Jamais satisfaite de ce que je pouvais faire je détestais dessiner
    jusqu’à ces deux dernières années d’études.
    Au final j’ai compris qu’une illustration n’avait pas à être belle ou parfaite pour définir l’univers
    d’un illustrateur.
    Il suffit d’essayer et d’essayer encore et on finit par trouver un style
    et des techniques qui nous plaisent.
    En ce moment j’aime beaucoup dessiner des portrait avec différentes épaisseurs de traits.

     

    Comment a évolué ton graphisme ?
    ET Quels outils, techniques utilises-tu ?

    J’essaie de plus en plus des techniques éloignées du digital.
    Mais la majorité du temps mes dessins sont entièrement fait à la main, puis je viens les vectoriser
    et les colorer sur Illustrator.

     

    Tu postes tes illustrations sur IG
    ET Ces derniers temps tu mets en valeur les femmes
    Quel est ton engagement en tant que femme artiste ?
    Et comment est né ce projet « Girl Power » ?

    Je trouve ça fou qu’en 2018 on soit encore obligés de se battre pour prouver qu’une femme artiste
    est aussi légitime qu’un homme artiste.
    Même si les mentalités évoluent je crois qu’on a pas mal de boulot devant nous encore !
    Je suis une femme donc je suis concernée et je sais de quoi je parle c’est pour ça que je dessine en majorité
    des femmes. Ce projet « Girl Power » à commencé par un portrait que j’ai fais de Hermione Granger
    et j’en suis venue à me dire

    pourquoi ne pas dessiner des femmes puissantes et reconnues.
    À mon sens ça ne peut qu’être inspirant.

     

     

     

    En 2017, tu participais au Inktober d’une manière
    humouristique et décalée !
    Cette année, quel a était ta direction artistique
    sur l’ensemble du projet ?

    L’année dernière le inktober que j’ai suivi était celui de ma fac qui avait un univers bien plus humoristique
    que le inktober officiel. Je n’avais pas particulièrement de style à ce moment là, je me cherchais
    et même si cet inktober était assez homogène certains dessins étaient un peu hors sujet en terme de style.

    Cette année j’ai suivi l’officiel que j’ai publié sur mon instagram, je voulais donc avoir un feed assez homogène.
    La majorité des dessins représentent un portrait car c’est ma direction en ce moment.
    Je voulais faire des dessins en noir et blanc avec juste quelques touches de couleur et être dans un style
    un peu différent de ce que je fais d’habitude qui est plus coloré.
    Donc cette année mes dessins étaient uniquement faits à partir de stylo noir et de posca.

     

     

    Ton behance mentionne une jeune femme
    « un peu timide mais qui se 
    soigne »,
    tu pratiques donc le design thérapie ?!

    Totalement, dessiner c’est un peu devenu
    comme un journal intime.

    Quand quelque chose m’arrive de positif ou de négatif j’aime le mettre à plat sur du papier.
    C’est ma manière d’exprimer mes sentiments.
    Il suffit de regarder mon instagram pour connaître mon état d’esprit du moment.
    Et c’est bien moins cher qu’un psy !

     

    Dans tes dernières publications, un personnage revient,
    qui est-elle ?

    Eniram je suppose. Comme je l’ai dit dans la question précédente j’exprime mes sentiments par le dessin
    donc je suppose que représenter une caricature de moi-même est le meilleur personnage
    pour mettre mes sentiments en scène.

     

     

     

    Que t’apportent les réseaux sociaux comme Instagram
    et comment l’utilises-tu ?

    Instagram me permet d’avoir une toute petite visibilité et de pouvoir montrer mes dessins
    facilement et rapidement. Je trouve que c’est un réseau social où on peut trouver l’inspiration
    mais aussi connaître pleins d’artistes peu connus.
    Il est aussi assez créatif, les insta story, le feed tout peut-être facilement déclinable à notre image.

     

    Peux-tu nous faire partager tes liens ?!

    En illustration en ce moment je suis très inspirée sur Instagram par
    ellievsbear, lizemeddings, petitesluxures
    j’aime aussi beaucoup la tattoo artist Blaabad.
    Ce sont des illustratrices qui me donnent en ce moment envie de me surpasser en essayant de nouvelles techniques et d’apprivoiser davantage les outils que je sais déjà un petit peu utiliser.

     

    Que peux-tu nous dire sur tes projets actuels et à venir ?
    Penses-tu décliner tes illustrations
    sur différents supports ?

    Professionnellement, en ce moment j’ai à ma charge la communication annuelle d’une salle de concert
    à Montauban qui s’appelle Le Rio Grande.
    La communication se déroule par saison, sur mon behance vous pouvez retrouver les supports Automne, l’Hiver arrive d’ici quelques semaines et le printemps est une surprise pour 2019.
    Je vais aussi débuter un CDD dans la presse Jeunesse.

    À plus ou moins court terme j’aimerais vraiment beaucoup pouvoir ouvrir une boutique Etsy
    où je pourrais vendre des cartes postales, des stickers, des illustrations.
    Ce serait un sentiment vraiment génial de savoir qu’un peu de moi est chez un peu de vous !

     

    Merci Marine, on te retrouve sur ton IG et aussi sur Behance
    Et dès que tu ouvres ton Etsy, fais signe, la maison du Chant du Design est grande ouverte !!!

  • PODCAST #1 CONVERSATION AVEC LE INDIE BITCHES GANG

    Le Chant du Design innove avec un nouveau format, AUDIO : le podcast !

    Depuis deux ans maintenant, je suis une inconditionnelle de podcasts.
    Et cela fait un moment que je voulais me lancer…
    Le bon moment, le bon projet, la bonne personne est arrivée !

    Je connais Maureen, alias Youngblood depuis sa Manaa, une fille qui vie pleinement dans son temps.
    Je voulais te présenter son projet d’une manière spéciale.
    Après quelques échanges, le podcast c’est imposé à nous de manière évidente !!!

    J’ai reçu Maureen, elle nous avons parlé de sa dernière création, le Indie Bitches Gang,
    un fanzine de MEUFS.
    Dans vos oreilles, une conversation autour du féminisme d’une manière légère et convaincue.
    Nous avons aussi parlé de Design graphique, de meufs et de nos influences sur la scène féministe actuelle…

     

    Indie bitches gang

    Fondé par Youngblood, le Indie Bitches Gang est un projet de fanzine papier et digital visant à mettre
    en valeur des femmes artistes, leur travail et leur message en les réunissant pour s’exprimer
    autour d’un thème, différent à chaque numéro.
    Fait par des meufs, pour des meufs (mais pas que).

     

     

    Tu veux rejoindre le Gang ?
    Ecris @IndieBitchesGang sur Instagram !

     

     

    Tu veux te procurer le Fanzine du IBG ? ICI

     

    Merci d’écouter ce 1er podcast ^^


    Voici les quelques liens de nos influences actuelles cités dans notre conversation :
    LA POUDRE, Lauren Bastide reçoit dans une chambre d’hôtel une femme inspirante, artiste, activiste,
    politique pour une conversation intime et profonde.
    LES CULOTTÉES, des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent, par Pénélope Bagieu.
    LIBRE ! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels, par Ovidie et Diglee.
    Not that Kind of Girl (livre), Girls (série), par Lena Dunham.

    Source musicale : Emilie Simon « Wicked Game »