• COMMENT S’EST PASSÉ TON STAGE EN MOTION DESIGN #2018

    J’ai pris des nouvelles de nos étudiants en Bachelor, qui en fin d’année effectuent un stage
    de 6 mois en entreprise (agence, studio, free-lance…) qui est un des éléments pour valider leur année.

    Pour cette saison 2018, j’ai demandé à Jessica (IG) de parler de son expérience !
    Elle revient sur son parcours, son stage et ses influences…

     

    Peux tu te présenter ?

    Je me présente Jessica, j’ai 22 ans, je fais partie de la promo Motion Design 2018 à l’ESMA  de Toulouse.
    Avant d’intégrer cette année, j’ai commencé par une école préparatoire aux Beaux-Arts à Castres
    où j’ai pu apprendre la peinture, sculpture, dessin, … cette prépa m’a préparée aux concours.
    J’ai été reçue en 1ére année Art aux beaux-arts de Tarbes.
    J’ai pu m’épanouir mais je souhaitais me diriger vers le graphisme.
    J’ai alors changé d’école en intégrant les Beaux-Arts de Pau en DNAP Design Graphique Print et Multimédia.
    Durant ces deux ans j’ai découvert le motion design, j’ai eu envie de me spécialiser dans ce domaine.
    J’ai donc décidé de m’inscrire à l’ESMA qui propose cette formation.


    Dans quelle agence s’est il déroulé ?

    J’ai fait mon stage dans l’agence Each Other production dans la ville de Lyon. Durant une période de 6 mois.
    Une agence audiovisuelle spécialisée dans la vidéo pour entreprises.

     

    Trois mots pour définir ton stage

    Découverte

    Apprentissage

    Professionnalisme

     

    Comment t’es tu intégrée à l’équipe
    et comment s’est passée la collaboration ?

    L’équipe de EOprod m’a très bien accueillie dans une ambiance très chaleureuse et à l’écoute.
    Ils ont été présents pour m’apprendre et m’aider.
    Une bonne ambiance règne dans l’agence entre tous, il y a régulièrement des after-work
    et des sorties en dehors du travail, ce qui permet une bonne entente sociale et professionnelle.

     

    Quels sont les clients de l’agence ?

    L’agence existe depuis bientôt 20 ans elle a donc pu accueillir et fidéliser sa clientèle,
    qui compte aujourd’hui 500 clients qui sont très diversifiés.
    Des marques et entreprises dans divers domaines, comme BMW, c-discount, Leclerc, NGE, …

     

    Quelle a été ta mission ?

    J’ai effectué différentes missions dans le cadre du motion design comme
    l’ Animation logo, titre
    l ‘Animation 2D / traditionnelle / personnages
    le Montage / sound-design
    les VFX / trucage / post-production

    J’ai aussi eu la possibilité de sortir du cadre
    de mon poste de motion designer

    en me rendant à des rendez-vous clients, repérage de tournage pour un spot publicitaire
    ainsi que d’être assistante réalisateur.

     

     

     

     

     

    Comment se sont organisées tes semaines ? 

    Nous n’avions pas de planning  particulier.
    Chaque semaine était différente en fonction des projets et demandes clients.

     

    Quel projet retiens tu ?

    Une mission pour la marque SIGVARIS qui est le numéro un en pharmaceutique en collants de contention.
    La demande du client était de promouvoir un nouveau produit adapté à la morphologie de tous
    à travers une animation motion. J’ai travaillé en collaboration avec une motion designer de l’agence.
    J’ai apprécié de travailler en équipe, j’ai pu échanger librement sur mes idées !

     

    Un moment fort ?

    Je dirais mon expérience en tant qu’assistante réalisateur durant un tournage.
    Une demande de ma part qui a été acceptée !
    Je retiens ce moment de découverte sur le déroulement d’un tournage.

     

    Ton stage t’a-t-il conforté dans ton choix professionnel ?
    Et où te vois-tu à la fin de tes études de bts ?

    Sans hésitation, oui !!!

     

    Et où te vois tu en cette fin de formation
    après des études aux beaux-arts, en DG et un bachelor ?

    Après ces 5 ans d’études, maintenant je souhaite rejoindre le monde professionnel.

     

    Un petit mot pour les futurs étudiants en DG ?

    L’année en Motion Design à l’ESMA est une bonne formation.
    J’ai appris et pu approfondir différentes techniques. Et finaliser mon apprentissage par un stage
    qui a été très bénéfique et m’a permis de découvrir ce métier dans le monde du travail.

     

     

     

    café ou photocopieuse ?

    Café

    crayon ou ordinateur ?

    Difficile… mais je dirais ordinateur

    Facebook ou instagram ?

    Sans hésiter Instagram, je pense que ce réseau social va encore évoluer dans le futur
    contrairement à Facebook qui commence à être dépassé…

     

    As tu des projets professionnels et personnels ?

    J’aimerai pratiquer le Motion Design dans le domaine du cinéma
    et partir à l’étranger, au Canada 🙂

     

    Peux tu nous faire partager tes liens ?

    J’ai tendance à me perdre sur Instagram plutôt que de suivre des comptes en particulier,
    mais voici les derniers comptes que j’ai bien aimé :

    @design.federation

    @culturepub_officiel

    @motiongraphics_collective

    @vfxnews

     

    Merci Jessica et bienvenue dans le monde professionnel !
    NB : Je n’ai inséré que deux projets du stage de Jessica, les différents projets sur lesquels elle a collaboré étant en cours.
    Découvre ses projets sur son IG et sur eoprod

  • MONTPELLIER – Pierrette Valium coussinologue #2018 #DESIGNGRAPHIQUE #MU #PS08

    J’ai préparé une série d’articles de Montpellier à Nantes en passant par Toulouse.
    Je te propose de découvrir quelques uns des projets professionnels
    que nos étudiants ont réalisé et présenté lors de leur oral de BTS.

    En Design Graphique après Nils, Clothilde et Charlotte et Ophélie
    pour ce dernier projet Chloé nous présente Pierrette Valium coussinologue de profession
    et son univers autour de la création d’un site très moelleux !

    Mais avant, qu’est-ce-que le design graphique option MU ?

     

    DESIGN GRAPHIQUE MUtimédia

    Le BTS Design Graphique apporte tous les outils nécessaires pour apprendre à travailler sur tous types
    de supports de communication, coordonner les étapes de réalisation d’un produit de design graphique
    ou d’une identité visuelle, à partir d’une commande.

    Création graphique sur des supports de communication virtuels, dits « du multimédia »
    sites web, bornes interactives, habillages TV…

    Le BTS offre de multiples possibilités, un large panel de carrières :
    Designer graphique, Infographiste, Directeur artistique,
    Illustrateur graphiste, Chef de projet, Graphiste freelance, Web designer / Graphiste web

    Les deux années d’études du BTS Design Graphique se concluent par le passage de l’examen.
    Les étudiants réalisent un projet professionnel, qu’ils devront présenter lors d’un oral à l’examen.
    Ce projet permet de mettre en pratique leurs compétences et de montrer leurs capacités à s’investir
    dans un projet global tout en étant à l’écoute de leur client.

     

    projet de synthèse, DESIGN GRAPHIQUE série 8
    Pierrette Valium coussinologue
    LE projet

    Céline Tavernelli a créée en janvier 2016 à Saint Raphaël, une boutique de confection
    et vente de coussins appelé «Pierrette Valium coussinologue».
    La créatrice mêle conseil et accompagnement, à la création de coussins.
    Ces derniers sont réalisés dans sa boutique/atelier, située dans le quartier historique de la ville.
    Elle crée des coussins fait main, chaque pièce est unique ou personnalisée,
    parfaitement adaptée aux besoins du client.
    Les prix varient entre 30 et 250€ pièce (le prix prenant en compte l’analyse de la demande, le conseil,
    le format, le tissu, le rembourrage, les boutons…)

    Elle propose deux types de créations :
    La pièce unique personnalisée, réalisée sur mesure.
    La série, thématique ex: frida kahlo, collection enfants… où chaque pièce reste cependant, unique.

     

    AXE et problématique

    Comment à travers la communication montrer la singularité de Pierrette Valium Coussinologue ?
    Le but majeur de la conception graphique va être de présenter l’état d’esprit et le travail
    de la coussinologue, entre conseil et accompagnement, et pièce unique.

    J’ai décidé de travailler dans un premier temps sur l’idée de rencontre avec la coussinologue,
    en mettant en avant la créatrice, ainsi que les différents aspects de son travail.
    Son concept étant indissociable de sa personne, l’utilisation d’un vocabulaire famillier,
    ainsi que la personnification de Pierrette Valium dans le siteweb, permet de tisser un lien de confiance,
    d’échange, en prévision d’une véritable discussion dans l’atelier, entre le commanditaire et la créatrice.

    Dans un second temps, j’ai choisi d’ériger la notion de découverte, que ce soit au service du concept,
    des produits, ou de la créatrice, en proposant une véritable entrée dans l’atelier.
    La présence de la créatrice apparaîtra au sein de la rédaction, de manière pédagogique,
    puisqu’elle viendra guider le navigateur, apportant explication et description.
    En naviguant sur le site-web, le client aura un regard intimiste, presque privilégié sur le lieu de création,
    grâce à une vue en flat-lay.
    Ce premier pas dans l’univers de la créatrice se verra ludique, puisque l’utilisateur découvrira peu a peu,
    d’objet en objet, l’univers de la coussinologue et ses créations.

     

     

     

    interview
    Pourquoi avoir choisit ce projet ?

    Ce projet est une véritable aventure pour la créatrice, qui à décidé de se reconvertir en montant sa propre entreprise, j’avais donc envie de me jeter à l’eau avec elle, de manière à lui apporter une véritable aide.
    De plus,

    sa profession et sa personnalité décalée sont
    une véritable source d’inspiration pour le graphisme,

    elle propose un  accompagnement réel en direct à ces clients, qui viennent la voir à la boutique, il y a pleins
    de termes sur lesquels jouer, comme le nom « Pierrette Valium coussinologue« , où encore l’héritage
    du savoir faire de la couture de sa grand mère
    , revalorisée à sa sauce de « coussinologue »,
    une vraie histoire à raconter, l’atelier se trouve dans le quartier historique de la ville où j’ai grandi,
    je connais donc bien le quartier, et le travail est original et de qualité, que demander de plus ?!

     

    Comment S’est passée la collaboration avec l’annonceur ?

    La collaboration avec Céline Tavernelli c’est très bien passée, j’ai vraiment dû m’immiscer dans son univers :
    la créatrice étant indissociable de sa profession, il a fallu jouer sur sa personnalité, ses créations.
    Je l’ai sollicitée tout au long du projet pour diverses informations, j’ai passé un peu de temps à la boutique avec elle, pour observer les créations et notamment, sa manière d’échanger avec la clientèle,
    les réactions des clients face au concept novateur… etc 

     

    QUELleS ONT ÉTÉ TES SOURCES D’INSPIRATIONS ?

    J’étais totalement focalisée sur la créatrice en terme d’inspiration !
    Comme je l’ai dit précédemment, sans elle, il n’y a pas de coussinologue !!!
    Je voulais également travailler un graphisme ludique, avec tout un vocabulaire adapté, je me suis inspirée d’artistes/graphistes comme Pierre di Sciullo et le collectif Grapus, surtout pour le choix d’une typographie aléatoire, à la main, qui apporte un côté personnel, ludique, décalé, original...
    Après il y’a surtout eu beaucoup beaucoup de veille informationnelle, pour définir la manière de présenter
    le siteweb. 

     

    Aujourd’hui après l’obtention de ton BTS,
    comment envisages-tu la suite ?

    C’est reparti pour un an de plus à l’ESMA, en Mastère Design et stratégie digitale de manière à finaliser ma formation,
    avec une année plus concrète en terme de projets et de stages.

    Par la suite? Peut-être une rapide formation en développement pour accentuer mes connaissances
    des logiciels, où alors je m’envole balader à droite à gauche à l’étranger, entre les deux mon coeur balance. 

     

    As-tu des projets personnels pour les mois à venir ?

    Dès septembre je compte bien plancher sur les logiciels, me créer un véritable siteweb dans l’année pour proposer un portfolio en ligne, pourquoi pas répondre à deux trois plans pour des logos où autre, et surtout, trouver un stage chouette, quoi qu’il en soit, l’année risque de passer vite !

     

    Merci à Chloé, (IG, ici)

  • NANTES – Hall musique #2018 #designgraphique #mu #PS05

    J’ai préparé une série d’articles de Montpellier à Nantes en passant par Toulouse.
    Je te propose de découvrir quelques uns des projets professionnels
    que nos étudiants ont réalisé et présenté lors de leur oral de BTS.

    En Design Graphique, après Nils, et Clothilde en Print nous découvrons
    en MU le projet de Charlotte et son site pour une enseigne de magasin de musique.

    Mais avant, qu’est-ce-que le design graphique option MU ?

     

    DESIGN GRAPHIQUE MUtimédia

    Le BTS Design Graphique apporte tous les outils nécessaires pour apprendre à travailler sur tous types
    de support de communication, coordonner les étapes de réalisation d’un produit de design graphique
    ou d’une identité visuelle, à partir d’une commande.

    Création graphique sur des supports de communication virtuels, dits « du multimédia »
    sites web, bornes interactives, habillages TV…

    Le BTS offre de multiples possibilités, un large panel de carrières :
    Designer graphique, Infographiste, Directeur artistique,
    Illustrateur graphiste, Chef de projet, Graphiste freelance, Web designer / Graphiste web

    Les deux années d’études du BTS Design Graphique se concluent par le passage de l’examen.
    Les étudiants réalisent un projet professionnel, qu’ils devront présenter lors d’un oral à l’examen.
    Ce projet permet de mettre en pratique leurs compétences et de montrer leurs capacités à s’investir
    dans un projet global tout en étant à l’écoute de leur client.

     

    projet de synthèse, DESIGN GRAPHIQUE série 5
    LE HALL DE MUSIQUE
    LE projet

    Les magasins de musique sont des lieux où l’on peut voir, essayer et acheter des instruments
    de musique
    de toutes sortes. Ils peuvent se définir en tant que généralistes et proposer tous types
    d’instruments (vents, cordes, percussions, etc.) ou se spécialiser dans un domaine, ex : Guitare Village à Domont
    est spécialisé dans la vente de guitares).
    Ces magasins peuvent proposer également des services, tels que la réparation, la location,
    les cours de musique, et autre prestations.

    Il existe en France de nombreuses enseignes spécialisées en instruments de musique.
    Ils sont souvent situés en centre-ville pour les petites structures, ou en zone commerciale pour
    les gros magasins généralistes.

    Le Hall de Musique est une enseigne comprenant deux magasins de musique situés à Lorient et Quimper.
    Implanté depuis plus de 35 ans, le magasin de Quimper est le plus fréquenté des deux.
    Il propose à la vente toutes sortes d’instruments, ainsi que de la réparation de guitares et amplis. 

    Face à la petite taille du marché et la forte concurrence des vendeurs sur internet et leurs prix cassés, l’enseigne a vu sa fréquentation et son chiffre d’affaire diminuer de manière très forte.
    Pour pallier à ce problème, le magasin a souhaité fidéliser et attirer de nouveaux clients en générant
    plus de trafic sur son point de vente.

     Pour se faire connaître d’avantage et attirer une nouvelle clientèle afin de faire face à la concurrence d’internet, l’enseigne souhaiterait s’offrir une nouvelle identité visuelle propre car actuellement, son logo
    ainsi que son site internet ne reflètent pas assez ses valeurs, et ne sont pas assez marquants.
    Ils ne permettent pas aujourd’hui au magasin de se différencier suffisamment des autres enseignes,
    et renvoie une image assez vieillissante alors qu’elle est composée d’une équipe jeune et dynamique,
    et qu’elle propose des produits toujours renouvelés et à la pointe.

     

    AXE et problématique
    un lieu de passion
    Comment le Hall de Musique peut-il faire face à la concurrence alors qu’elle est perçue comme une entreprise à l’image vieillissante et dépassée ?
    Dans cet axe, j’ai voulu travailler sur une identité et un site internet marchand qui permettrait de profiter d’une expérience comme en magasin sur internet : le site devient le prolongement de la boutique, sans perdre les avantages d’un conseil personnalisé (messagerie instantanée), d’un choix plus précis (sons, matériaux, vidéos…) et d’outils virtuels et attractifs comme un accordeur de guitare.
    Pour conserver cette idée de magasin réel/virtuel, j’ai également mis l’accent sur l’humain :
    les employés sont omniprésents sur le site internet.
    De cette manière, les relations entre passionnés vendeurs/clients sont préservées.
    Visuellement, j’ai souhaité recréer l’ambiance du magasin (murs en bois, guitares accrochées au mur,
    photos intérieures du point de vente) pour pousser mon idée jusqu’au bout.
    interview
    Pourquoi avoir choisit ce projet ?

    J’ai choisi ce projet dans un premier temps car le domaine de la musique m’intéresse tout particulièrement
    et qu’il est très évocateur visuellement : il offre beaucoup de possibilités.
    Concernant le commanditaire je l’ai choisi car je connais bien ce magasin et ses employés, ce qui rendait
    ce projet plus réaliste à mes yeux.

     

    Comment S’est passé la collaboration avec l’annonceur ?

    Le Hall de Musique n’a jamais eu l’intention d’investir dans leur communication…
    En revanche, ils ont suivi mon projet de près et m’ont encouragé dans mes choix créatifs qu’ils ont approuvés, bien que ce projet restera 100% fictif.

     

    QUELleS ONT ÉTÉ TES SOURCES D’INSPIRATIONS ?

    Pour mes différents axes, je me suis inspirée des sites internet des grandes marques d’instruments
    de musique, ainsi que de sites évènementiels musicaux :
    le clip «Do I wanna know» du groupe Arctic Monkeys par David Wilson,
    Earthworks de Semiconductor – une installation immersive qui transforme les sons du mouvement
    de la planète en vibrations visuelles psychédéliques,
    Stephen McCarty – designer qui a imaginé la lecture visuelle en réduisant les informations sous forme
    de pictogrammes, le Studio 360, Angelico Guitars…

     

    Aujourd’hui après l’obtention de ton BTS,
    comment envisages-tu la suite ?

    Actuellement, pour clôturer mon BTS je fais un stage de fin d’études jusqu’a fin septembre chez SAGA COSMETICS au service communication qui me plaît beaucoup et ou j’apprends plein de choses
    (community management, stratégie de communication, évènementiel, vidéo, photo, graphisme print et web, motion design…). 

    En même temps je continue mon activité de community manager pour la société Sportsoluce que j’exerce depuis 1 an. 

    Par la suite j’aimerais trouver un emploi dans le secteur de la communication en général, c’est un domaine
    qui me plaît beaucoup et qui s’est révélé à moi pendant ce stage.
    Je souhaite également continuer le graphisme.

     

    As-tu des projets personnels pour les mois à venir ?

    Mon avenir professionnel !

     

    Merci à Charlotte, découvre son site et ses créations particulièrements intéressantes.