• COMMENT S’EST PASSÉ TON STAGE EN MOTION DESIGN #2018

    J’ai pris des nouvelles de nos étudiants en Bachelor, qui en fin d’année effectuent un stage
    de 6 mois en entreprise (agence, studio, free-lance…) qui est un des éléments pour valider leur année.

    Pour cette saison 2018, j’ai demandé à Jessica (IG) de parler de son expérience !
    Elle revient sur son parcours, son stage et ses influences…

     

    Peux tu te présenter ?

    Je me présente Jessica, j’ai 22 ans, je fais partie de la promo Motion Design 2018 à l’ESMA  de Toulouse.
    Avant d’intégrer cette année, j’ai commencé par une école préparatoire aux Beaux-Arts à Castres
    où j’ai pu apprendre la peinture, sculpture, dessin, … cette prépa m’a préparée aux concours.
    J’ai été reçue en 1ére année Art aux beaux-arts de Tarbes.
    J’ai pu m’épanouir mais je souhaitais me diriger vers le graphisme.
    J’ai alors changé d’école en intégrant les Beaux-Arts de Pau en DNAP Design Graphique Print et Multimédia.
    Durant ces deux ans j’ai découvert le motion design, j’ai eu envie de me spécialiser dans ce domaine.
    J’ai donc décidé de m’inscrire à l’ESMA qui propose cette formation.


    Dans quelle agence s’est il déroulé ?

    J’ai fait mon stage dans l’agence Each Other production dans la ville de Lyon. Durant une période de 6 mois.
    Une agence audiovisuelle spécialisée dans la vidéo pour entreprises.

     

    Trois mots pour définir ton stage

    Découverte

    Apprentissage

    Professionnalisme

     

    Comment t’es tu intégrée à l’équipe
    et comment s’est passée la collaboration ?

    L’équipe de EOprod m’a très bien accueillie dans une ambiance très chaleureuse et à l’écoute.
    Ils ont été présents pour m’apprendre et m’aider.
    Une bonne ambiance règne dans l’agence entre tous, il y a régulièrement des after-work
    et des sorties en dehors du travail, ce qui permet une bonne entente sociale et professionnelle.

     

    Quels sont les clients de l’agence ?

    L’agence existe depuis bientôt 20 ans elle a donc pu accueillir et fidéliser sa clientèle,
    qui compte aujourd’hui 500 clients qui sont très diversifiés.
    Des marques et entreprises dans divers domaines, comme BMW, c-discount, Leclerc, NGE, …

     

    Quelle a été ta mission ?

    J’ai effectué différentes missions dans le cadre du motion design comme
    l’ Animation logo, titre
    l ‘Animation 2D / traditionnelle / personnages
    le Montage / sound-design
    les VFX / trucage / post-production

    J’ai aussi eu la possibilité de sortir du cadre
    de mon poste de motion designer

    en me rendant à des rendez-vous clients, repérage de tournage pour un spot publicitaire
    ainsi que d’être assistante réalisateur.

     

     

     

     

     

    Comment se sont organisées tes semaines ? 

    Nous n’avions pas de planning  particulier.
    Chaque semaine était différente en fonction des projets et demandes clients.

     

    Quel projet retiens tu ?

    Une mission pour la marque SIGVARIS qui est le numéro un en pharmaceutique en collants de contention.
    La demande du client était de promouvoir un nouveau produit adapté à la morphologie de tous
    à travers une animation motion. J’ai travaillé en collaboration avec une motion designer de l’agence.
    J’ai apprécié de travailler en équipe, j’ai pu échanger librement sur mes idées !

     

    Un moment fort ?

    Je dirais mon expérience en tant qu’assistante réalisateur durant un tournage.
    Une demande de ma part qui a été acceptée !
    Je retiens ce moment de découverte sur le déroulement d’un tournage.

     

    Ton stage t’a-t-il conforté dans ton choix professionnel ?
    Et où te vois-tu à la fin de tes études de bts ?

    Sans hésitation, oui !!!

     

    Et où te vois tu en cette fin de formation
    après des études aux beaux-arts, en DG et un bachelor ?

    Après ces 5 ans d’études, maintenant je souhaite rejoindre le monde professionnel.

     

    Un petit mot pour les futurs étudiants en DG ?

    L’année en Motion Design à l’ESMA est une bonne formation.
    J’ai appris et pu approfondir différentes techniques. Et finaliser mon apprentissage par un stage
    qui a été très bénéfique et m’a permis de découvrir ce métier dans le monde du travail.

     

     

     

    café ou photocopieuse ?

    Café

    crayon ou ordinateur ?

    Difficile… mais je dirais ordinateur

    Facebook ou instagram ?

    Sans hésiter Instagram, je pense que ce réseau social va encore évoluer dans le futur
    contrairement à Facebook qui commence à être dépassé…

     

    As tu des projets professionnels et personnels ?

    J’aimerai pratiquer le Motion Design dans le domaine du cinéma
    et partir à l’étranger, au Canada 🙂

     

    Peux tu nous faire partager tes liens ?

    J’ai tendance à me perdre sur Instagram plutôt que de suivre des comptes en particulier,
    mais voici les derniers comptes que j’ai bien aimé :

    @design.federation

    @culturepub_officiel

    @motiongraphics_collective

    @vfxnews

     

    Merci Jessica et bienvenue dans le monde professionnel !
    NB : Je n’ai inséré que deux projets du stage de Jessica, les différents projets sur lesquels elle a collaboré étant en cours.
    Découvre ses projets sur son IG et sur eoprod

  • comment s’est passé ton stage en web design et stratégie #2017

    J’ai pris des nouvelles de nos étudiants en Bachelor, qui en fin d’année effectuent un stage
    de 4 mois en entreprise (agence, studio…)

    J’ai rencontré Coline à cette occasion, qui a étudié de la Manaa au Bachelor Web design & Stratégie à l’Esma.
    Une jeune femme mature, curieuse et à l’écoute des conseils.
    Elle revient pour nous sur cette expérience et ses influences…

     

    chez quel designer s’est déroulé ton stage ?

    J’ai réalisé mon stage au sein du groupe Synalia qui est le regroupement de plusieurs marques
    appartenant au secteur bijouterie/horlogerie comme Julien D’Orcel et la Guilde des Orfèvres ;
    une entreprise de grande taille donc ! (environ 400 boutiques sur la France)

     

    Trois mots pour définir ton stage

    Collaboration

    Stratégie

    Polyvalence

     

    Comment t’es tu intégrée à l’équipe
    et comment s’est passée la collaboration ?

    J’ai eu la chance d’arriver dans un pôle récemment mis en place avec un petit nombre d’employés.
    Je partageais un open space avec mon maître de stage qui supervisait la com’ digitale,
    la community manager et la rédactrice web.

    J’ai été briefée par la community manager sur ce qu’elle avait mis en place et les besoins qu’elle avait.
    Nous avons dès le départ fait une réunion pour échanger des idées et ensuite j’ai démarré mon travail
    mes propositions ont étaient validées au fur et à mesure.

    Pour se mettre d’accord sur les directions à prendre, nous nous retrouvions tous les lundis matin
    pour faire le point sur ce qui était fait et à faire.
    Nous échangions avec la community manager à chaque nouveau projet sur la stratégie à suivre :
    qui est la cible, quel univers visuel, combien de publications, un concours… ?
    Et je lui proposais ensuite une idée avec un visuel ou un story-board.

     

    Quel a été ta mission ?

    Julien D’Orcel venait d’être lancé sur les réseaux sociaux (insta) et il manquait, une fois la stratégie
    de communication mise en place, une dimension créative.
    Ma mission a été de créer du contenu pour alimenter les réseaux sociaux ainsi que de réfléchir
    à des actions de com’.
    J’ai pu travailler sur différents support créatifs : la photographie, l’illustration, l’animation,
    de la stratégie digitale et un peu de web design.

     

    comment s’organisées tes semaines ?

    Le lundi matin, après la réunion, une fois le brief établi avec mon équipe, je partageais ma semaine
    entre la recherche d’inspiration, la création d’un premier visuel ou d’un story-board
    après la validation, la création !
    Il y’a souvent des détails à modifier par la suite, je passais certaines journées à retravailler
    la composition d’une illustration ou le rythme d’un gif.

    En parallèle, je travaillais sur les projets « longs », créer une série de gifs pour un concours pour Pâques,
    ou encore une petite vidéo pour la fête de la musique…

    Il y’avait également une fois par mois des shootings photos pour alimenter les réseaux sociaux
    et mettre en avant une collection de bijoux particulière.
    15 jours avant, nous prévoyons le matériel nécessaire (fonds colorés, accessoires selon la saison…).
    Nous travaillions avec les moyens du bord, salle de réunion pour shooter et nous-mêmes si besoin de modèle !
    Pour ces shootings, je passais la journée avec la community manager et la rédactrice web,
    je me chargeais de la photo en essayant de trouver des compositions ou des mises en scènes esthétiques.

     

    Quel projet retiens tu ?

    Mon tout premier projet : créer un concours pour Pâques.
    Déjà parce que j’ai trouvé une idée de communication qui a tout de suite plu :
    publier chaque jour un gif contenant un oeuf coloré dans la scène, et le jour de pâques,
    tous les oeufs précédent plus un nouveau qu’il fallait retrouver 🙂

    Je me suis rendue compte d’un coup, à quel point l’enseignement durant le BTS et le bachelor,
    qui nous incite à chercher
    des concepts de création et des stratégies de com’,
    était nécessaire
    pour travailler de concert avec la community manager.

    Ensuite parce que j’ai immédiatement pu me lancer dans un travail d’illustration,
    que j’affectionne particulièrement ^^
    J’ai pu alors mêler dessin et animation autour d’un univers enfantin.

    c’était un projet complet
    et pour lequel nous avons eu de bons retours.

     

    Un moment fort ?

    La Guilde des Orfèvres devait bientôt rejoindre les réseaux sociaux également et pour préparer le lancement,
    un shooting a été mis en place pour créer un univers visuel à la marque, alimenter les futures publications,
    illustrer le site web et servir sur les fiches produits des bijoux.

    C’était cette fois un gros shooting, Synalia avait réservé une boutique design pour servir de décor,
    il y’avait une photographe professionnelle, des modèles, une maquilleuse, une styliste, un coiffeur,
    du personnel pour gérer le stock de bijoux à photographier…

    On m’a annoncé que la photographe ferait des photos d’ambiance avec les modèles et que je devrais
    photographier les bijoux portés en plan rapprochés. J’étais très nerveuse…
    Il ne serait pas possible de recommencer le shooting si ça n’allait pas.
    J’ai eu du très bon matériel entre les mains et après quelques réglages difficiles, je me suis régalée !
    J’ai adoré cette journée et les photos que j’ai faites ont beaucoup plu,
    je me suis découverte un goût pour la photo !

     

    Ton stage t’a-t-il conforté dans ton choix professionnel ?

    Adorant l’illustration j’ai beaucoup aimé le motion design cette année parce que c’était pour moi le moyen
    de donner vie à mes dessins et j’avais la ferme intention de creuser un peu cette discipline.
    Mon stage ne m’a pas fait changer d’avis, en revanche ça m’a fait aimer la polyvalence de mon profil.

    J’ai adoré pouvoir penser stratégiquement pour ensuite faire de l’illustration, de l’animation ou de la photo.
    Moi qui n’était pas passionnée par la stratégie, j’ai finalement eu envie de la retrouver plus tard !

    J’avais prévu de réaliser une alternance cette année et j’ai trouvé un poste dans une agence…
    spécialisée en stratégies de communication digitale !!!

     

    Un petit mot pour les prochains

    Ne jamais oublier le brainstorming parce qu’avoir plein d’idées ça n’a pas de prix !
    Donner une chance à toutes les matières parce que ça peut tout changer sur un projet, sur un CV,
    et vous vous découvrirez peut-être des talents insoupçonnés !

    Enfin, surtout et pour citer Mme Molina :

    Penser concept !!! Ça fait toute la différence.

     

    café ou photocopieuse ?

    Photocopieuse, juste parce que j’ai horreur du café 

    crayon ou ordinateur ?

    Crayon pour imaginer, ordinateur pour réaliser.

    créativité ou stratégie ?

    Créativité, parce qu’elle peut se suffire à elle-même.

    Facebook ou instagram ?

    Instagram, parce que l’image fait tout !

     

    As tu des projets professionnels ?

    Je suis inscrite cette année en alternance motion design
    (3 semaines en entreprise à Montpellier / 1 semaine en cours à Paris).
    Je voulais m’améliorer dans cette matière parce qu’on a eu de bonnes bases en bachelor
    mais c’est une discipline qui demande beaucoup de temps, d’expérience et surtout de pratique.

    J’ai été prise chez DISKO, une agence digitale, ils ont aimé mon côté polyvalent.
    Je suis un peu nerveuse de démarrer cette expérience, mais j’ai vraiment hâte d’apprendre et de progresser !

     

    et personnels ?

    Je fais surtout de l’illustration et du dessin à titre privé, j’en profite pour faire des choses
    que je n’ai pas forcément l’occasion de faire dans mon travail : des carnets de voyage, de l’aquarelle, etc.

     

    où pouvons nous voir ton travail ?

    Mon portfolio, ici

    Mon instagram,

     

    Peux tu nous faire partager tes inspirations ?

    GRAPHISME : Zim&Zou, Joël Guenoun

    ILLUSTRATION : mon tableau pinterest, ici

    ANIMATION : Jamie Caliri (générique de fin des orphelins Baudelaire)

    COMMUNICATION DIGITALE : l’agence Darewine avec son site internet créé pour la sortie de « 13 reasons why ».

     

    Merci à Coline pour cette interview complète et franche.
    Merci pour tes retours positifs sur ses 4 années passées avec nous à l’Esma.

  • comment s’est passé ton stage en design graphique #2017

    J’ai pris des nouvelles de nos étudiants en BTS, qui en fin de 1ère année ont dû effectuer un stage de
    5 semaines en entreprise (agence, studio, free-lance…)

    J’ai rencontré Lisa à cette occasion, une étudiante pétillante et curieuse.
    Nous avons évoqué son stage et ses influences… son objectif créatif Less is more.

     

    Peux tu te présenter ?

    Je m’appelle Lisa, je suis étudiante à l’Esma Montpellier en Design graphique.

     

    chez quel designer s’est déroulé ton stage ?

    Chez ARTIMmanufacture d’idées, agence de communication sur Montpellier.
    Créée par Mathieu Isolphe & Victor Joly, amis depuis plus de 15 ans, passionnés par l’image et la création.

    Depuis bientôt 4 ans, ils essayent d’apporter à chacune de leurs réalisations une valeur ajoutée
    et un coté humain. Le dialogue et le feeling sont primordiaux à leurs yeux.
    Leur devise : Peace & Work.

    Ils créent des supports de communication divers et variés, logotype (c’est le point de départ
    de toute bonne communication), carte de restaurant, enseigne, signalétique, site internet,
    papeterie, devanture de magasin, …
    « c’est à chaque fois un joli défi que de réaliser LE support de communication
    qui répondra parfaitement aux attentes de nos clients ».

     

    Trois mots pour définir ton stage

    Bonne humeur

    Concentration

    Apprentissage

     

    Comment t’es tu intégrée à l’équipe
    et comment s’est passée la collaboration ?

    Au début de mon stage j’étais impressionnée, mais ils m’ont de suite mise à l’aise.
    Je me suis vite intégrée à l’équipe.
    La collaboration a été un échange permanent, entre liberté et conseils.
    Mathieu et Victor m’ont toujours demandé mon avis, nous étions dans l’échange.

     

    Quels sont les clients de l’agence ?

    Des PME, de nouvelles entreprises ou d’autres qui souhaitent revoir leur communication,
    mais aussi des indépendants, des artisans.
    Souvent des clients installés dans la région comme Volum spécialisé dans l’aménagement intérieur
    et décoration, des restaurants avec la Baraquette au Marché du Lez, des paillotes
    avec la Paillote Bambou, le Beach Club de Palavas, etc…
    Ils sont très actifs sur les réseaux sociaux, ils gèrent  les comptes Instagram de beaucoup de leurs clients.

    Artim c’est aussi des collaborations comme avec le designer Thibault Mallet.

     

    Quel projet retiens tu ?

    J’ai même mené quelques projets en solo.
    A deux reprises, j’ai fait une proposition de logo, l’un pour un cabinet d’architecte et de scénographie,
    l’autre pour un architecte d’intérieur indépendant.
    Dans les deux cas j’ai envoyé mes propositions ainsi qu’un mock-up de carte de visite.

    Mais le projet que je retiens, nous y avons travailler tous les trois dans une ambiance particulière,
    c’est la signalétique des stands pour la fête des 50 ans de la Clinique du Parc.

     

     

     

    Ton stage t’a-t-il conforté dans ton choix professionnel ?
    Et où te vois tu A la fin de tes études de bts ?

    Ce stage m’a encore plus encouragé dans mon choix,
    la dynamique l’ambiance que les deux créateurs ont su influer à leur agence,
    c’est tout à fait ce que je veux pour mon futur, ce sera pour moi un modèle !

    Une agence avec une belle ambiance,
    un bonheur au quotidien
    tout en étant très efficace.

    Après mon BTS, je souhaite faire une formation pour être tatoueuse.
    Ce qui m’intéresse dans le tatouage est que le corps devienne un support créatif.
    « Le tatouage est une œuvre éternelle sur un support éphémère ».
    Et ensuite dans ma future vie professionnelle allier les deux, tattoo et graphisme, plaisir et travail !

     

    café ou photocopieuse ?

    Café. Depuis aujourd’hui je suis enfin une vraie stagiaire, à trois jours de la fin de mon stage
    j’ai fait mon premier café !

    crayon ou ordinateur ?

    J’aurai pu dire crayon mais j’ai appris à apprécier l’ordi pendant mon stage,
    et pour moi maintenant ils sont indissociables.

    Facebook ou instagram ?

    Instagram, sans hésiter. Plus professionnel.

     

    As tu des projets personnels ?

    Je suis passionnée par la photographie. Surtout par l’architecture et les portraits.
    Mes photos ont un style très minimaliste, voir chirurgical.
    J’aime qu’il y ai une touche de couleur, mais très peu, car pour moi le blanc est appaisant.
    J’aime cette esthétique lumineuse, voir pieuse.
    Mes clichés dégagent quelque chose de pur, il y a tellement de beauté dans la simplicité
    que je ne souhaite pas en faire trop. (Insta de Lisa ici)

     

    Peux tu nous faire partager tes liens INSTA ?

    GRAPHISME / ILLUSTRATION
    laligne__kerbyrosanes / lacharbonne / yipikai_papeterie / regars_coupables

    PHOTO
    harisnukem / imaniclovis / maria.svarbova / jimmy.nelson.official / jeanphilippelebee /
    yannickmarrotphotographe

    TATTOO
    frankpellegrino / violette_bleunoir / iannis_sr_tattoo / thefamilybusinesstattoo /
    thecirclelondon / aaronanthonytatoo / yelizozcan_tattooer

     

    Merci à Lisa
    Image via Artim, Lisa Ferrigno

  • COMMENT S’EST PASSé ton STAGE EN DESIGN D’ESPACE #2017

    J’ai pris des nouvelles de nos étudiants en BTS, qui en fin de 1ère année ont dû effectuer un stage de
    5 semaines en entreprise (agence, studio, free-lance…)

    J’ai rencontré Hynd à cette occasion. Une belle personnalité, rayonnante et mature.
    Nous avons évoqué son stage et ses influences…

     

    Peux tu te présenter ?

    Je m’appelle Hynd, je suis étudiante à l’Esma Montpellier en Design d’Espace.

     

    chez quel designer s’est déroulé ton stage ?

    L’agence MB design, qui conçoit et met en œuvre des projets de rénovation,
    d’agencement, d’extension et de design.
    L’objectif est de proposer des réponses innovantes et durables à des demandes privées ou publiques.
    Un travail sur les volumes et les aménagements intérieurs accompagne une réflexion sur l’espace
    et ses usages.

     

    Trois mots pour définir ton stage

    Enrichissant

    Diversifié

    Calorique, on mange bien chez les archis !!!

     

    Comment t’es tu intégrée à l’équipe
    et comment s’est passée la collaboration ?

    J’ai eu la chance de travailler étroitement avec la créatrice de l’entreprise.
    Elle travaille seule et sur des projets assez variés ce qui m’a permis de découvrir une palette
    assez large du travail d’architecte d’intérieur.
    La collaboration fut enrichissante car j’ai assisté à toutes les phases des projets, du rendez-vous client,
    à la phase de conception en passant par les réunions avec les artisans.

    Découvrir une palette assez large du travail
    d’architecte d’intérieur

    Quels sont les clients de l’agence ?

    Les clients vont du particulier au professionnel.
    L’agence conçoit et réalise petits et grands projets allant de la rénovation d’une cuisine chez un particulier
    à la remontée en gamme de plus de 60 halls d’immeuble pour un groupe action logement.
    Elle conçoit aussi l’identité et l’agencement de boutiques et restaurants.

     

    Comment se sont organisées tes journées ?

    Les journées furent rythmées différemment chaque jour.
    Nous avons jonglé entre le bureau; où nous faisions de la conception, les visites sur les chantiers pour faire
    les métrés, les réunions avec les artisans ainsi que les suivis de travaux.
    Il y a aussi les rendez-vous à l’extérieur pour l’accompagnement des clients dans le choix des matériaux.

     

    Quel projet retiens tu ?

    On m’a confié un projet qui consistait à la rénovation d’un local.
    Les clients souhaitaient le transformer en cabinet d’expertise immobilière.
    La demande comprenait la rénovation du local (menuiseries, plomberie, électricité, peinture)
    la création d’une salle de bain et kitchenette ainsi que la création d’un mobilier alliant esthétique
    et fonctionnalité pouvant accueillir un nombre important de dossiers.

    J’ai pris en charge ce projet de façon autonome.
    J’ai travaillé sur deux propositions que j’ai exposé aux clients en réunion.
    Une fois le projet validé j’ai pu commencer les rendez-vous artisans afin de chiffrer le projet
    et d’établir un calendrier de travaux. Le projet est actuellement en cours.

     

     

    Ton stage t’a-t-il conforté dans ton choix professionnel ?
    Et où te vois tu as la fin de tes études de bts ?

    Ce stage m’a totalement conforté dans mon choix professionnel, j’ai pu y voir la réalité du métier
    d’architecte d’intérieur, ce fut enrichissant et motivant.
    Crée des solutions uniques pour l’homme dans son environnement, dans son quotidien est une source de création infinie.

    Concernant ma vie après le bts, je n’ai pas encore arrêté de décision.
    Tant de voies m’intéressent et j’aimerais pouvoir les expérimenter et voir ce qui pourrais en résulter.

    Le milieu de l’événementiel pourrait être celui qui me parle le plus,

    créer des espaces qui racontent une histoire,
    qui provoque une émotion.

    Un petit mot pour les futurs étudiants en DE ?

    Se cultiver, d’être curieux de tout.
    Toujours baser ses projets sur une idée, un concept solide.
    Et ne pas oublier l’homme dans leur architecture.

     

    café ou photocopieuse ?

    Trop qualifiée !

    crayon ou ordinateur ?

    Les deux

    Facebook ou instagram ?

    Instagram, un réseau plus visuel donc plus parlant pour moi.

     

    As tu des projets personnels ?

    J’interviens souvent pour des petits aménagements d’espaces, et de la décoration.
    Je travaille sur logiciel et j’interviens pour des conseils en magasin.
    Les volumes, les textures, la lumière et la couleur sont des éléments primordiaux pour le designer d’espace
    et j’aime les travailler pour créer des tableaux ou des accessoires de décoration.

     

    Peux tu nous faire partager tes liens ?

    (inspirations, design, déco, autres…)

    Journal du design / Dezeen / Contemporist / Ad / Beware

    Je trouve aussi beaucoup l’inspiration dans tout ce qui m’entoure; la rue, la photo, la vidéo, la mode, la musique,
    la littérature et surtout la philosophie.

     

    Merci à Hynd 

  • Nantes – le journal des manaa

    Les élèves de Manaa sont partis à la recherche de secrets et d’histoires sur leurs futures formations,
    design d’espace, design graphique, 3D ou encore cinéma.
    Ils vous livrent leurs découvertes dans un journal , « Le Sismographe ».

    le projet COLLECTIF

    Projet transversal entre les cours de design graphique de M. Padilla, les cours de dessins d’observation
    et d’analyse de Mme Lenouvel et les cours de techniques d’expression écrite de M. Tisserand,
    le journal de l’école est un fil rouge du deuxième trimestre pour les MANAA de l’ESMA Nantes.

    Entre janvier et mars 2017, les 3 classes de MANAA ont chacune réalisé une version du journal de l’école.
    La plus aboutie a été imprimée en 300 exemplaires et distribuée lors des JPO de mars 2017.

    Différentes équipes se créent au sein de chaque classe :
    plusieurs élèves s’occupent de la rédaction des articles (interviews, prises de notes,
    respect du nombre de caractères), d’autres prennent en charge la création de la maquette
    (chemin de fer, charte graphique, etc.) en design graphique,
    ou créent et sélectionnent les bonnes illustrations en cours de dessin.

    Pertinent par tous les enseignements qu’il combine, le journal est surtout un excellent moyen
    pour les MANAA de partir à la rencontre de toutes les filières de l’école.
    Les élèves se retrouvent sur un tournage dans le studio Ciné,
    partent en exploration dans les salles de 3D, dialoguent avec les BTS qui préparent l’examen.

    Les interviews sont un bon moyen de créer un premier contact, ou de le renforcer.

    Les étudiants en fin de cursus
    connaissent bien l’exercice du journal,
    accueillent avec complicité leurs camarades de MANAA
    et sont ravis de partager leurs expériences.

    LE JOURNAL

    Une version PDF du journal est disponible en cliquant sur le lien.
    JOURNAL_ESMA_NANTES_MANAA

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    les infiltrés 

    De 4 élèves ayant participé au journal sélectionné :

    Jenny RODRIGUEZ, MANAA Claudel
    – Quel était votre poste lors de la réalisation du journal ?
    J’ai travaillé sur la rédaction de l’article des futurs 3D4
    J’ai fait partie des trois rédacteurs en chef et j’ai participé à la relecture des articles,
    à la récupération des dessins et à la mise en page de la maquette
    avec l’aide précieuse de Nicolas Fimbel.

    – Qui avez-vous interviewé pour rédiger votre article ?
    Nous avons pris rendez-vous avec M.Voisin, enseignant en 3D,
    puis j’ai passé un après-midi avec les 3D3 où j’ai pu leur poser assez de questions pour peaufiner l’article.

    – Avec du recul, qu’avez-vous appris lors de cet exercice ?
    J’ai réalisé que coordonner une classe était assez difficile.
    Il fallait penser à relancer les équipes tout en s’occupant de la relecture/correction des articles.
    Je ne m’attendais pas, d’ailleurs, à ce que la relecture me prenne autant de temps.

    Nous avons dû aller chercher dans nos dernières ressources pour surmonter
    tous les obstacles de dernière minute.

    Belle réussite pour un groupe non formé
    à la réalisation d’un magazine !

    Nicolas FIMBEL, MANAA Claudel
    – Quel était votre poste lors de la réalisation du journal ?
    Je me suis occupé de la rédaction d’un article sur les 3D3.
    J’ai aussi assisté Jenny sur la mise en page des différents articles
    et me suis occupé de prendre les photos de travaux des différentes sections (DG – DE – 3D – Ciné) de l’ESMA.

    – Qui avez-vous interviewé pour rédiger votre article ?
    Pour notre article, nous avons interviewé principalement 3 étudiants de 3D3, Élise, Martin, Camille.
    Nous avons aussi fait un tour dans leur salle pour voir un peu sur quoi ils travaillaient
    en leur posant des questions en direct.

    – Avec du recul, qu’avez-vous appris lors de cet exercice ?
    Le journal est un travail de groupe où tout le monde a mis un peu de sa patte.
    Cela m’a appris qu’il faut savoir organiser le travail
    et le groupe pour pouvoir imprimer le journal dans les temps.

    Ce projet m’a permis de découvrir
    plusieurs sections de l’Esma auxquelles je ne me destine pas
    pour la suite de mes études. C’est d’autant plus intéressant !

    Sao-Maï ROY, MANAA Claudel

    – Quel était votre poste lors de la réalisation du journal ?
    Je me chargeais des relectures

    – Qui avez-vous interviewé pour rédiger votre article ?
    Iris et moi avons interviewé Romain Nerbusson en  section Ciné.
    Iris s’est chargée de l’interview et moi de la réalisation de l’article grâce à ses informations.

    – Avec du recul, qu’avez-vous appris lors de cet exercice ?
    Premièrement, savoir s’adapter à l’autre si l’on est en tandem, et si il y a des différents, faire des concessions.
    Deuxièmement, bien gérer son temps au niveau des deadlines !
    Troisièmement, rester patient, trèèès patient face aux fautes de base.

     

    Iris MARQUIS, MANAA Claudel
    – Quel était votre poste lors de la réalisation du journal ?
    Mon poste durant la réalisation du journal était de relire
    et de corriger les fautes des textes/reportages/interview avec Jenny.

    – Qui avez-vous interviewé pour rédiger votre article ?
    J’ai fait l’interview d’un élève de Ciné 3.
    Nous nous sommes retrouvés au self où nous avons joué à un questions/réponses,
    l’entretien a duré 30 min, je posais les questions, j’écrivais et j’enregistrais par ailleurs.

    – Avec du recul, qu’avez-vous appris lors de cet exercice ?
    Je me rends compte qu’il faut beaucoup de temps
    et de préparation afin de finaliser un projet de cet ampleur.

     

    Bravo, pour ce projet complet ainsi que pour toutes ces informations recueillies à la source.
    Merci aux élèves et à leur professeur de français Xavier Tisserand pour cet article.