• montpellier – théâtre 2018

    Nous avons retrouvé les Manaa pour la saison 2018 du théâtre.
    Cette année, le théâtre était au centre du projet transversal de fin d’année.
    Les étudiants ont eu pour mission de réaliser les costumes, accessoires;
    les décors et l’affiche qui annonçait l’évènement.

    Entre stress, texte, couture, peinture, travail d’équipe…
    les étudiants se sont déployés dans toute l’école au rythme de nombreuses de répétitions.

     

    pour l’amour du risque*

    Sous des trombes d’eau, sous des vents violents et quelques éclaircies, les étudiants en Manaa
    ont brûlé les planches pour nous offrir in situ une grande scène de théâtre.
    Le thème était l’Amour et ils nous ont fait vibrer avec des pièces classiques ou plus contemporaines.
    Les représentations se sont succédées durant deux journées, le jury composé de l’ensemble des professeurs
    et les spectateurs ont pu apprécié Phèdre, Ondine, le Misanthrope, Huis Clos et bien d’autres…

    J’ai découvert des élèves avec un réel talent scénique, tous se sont impliqués,
    il ont fait preuve d’une certaine exaltation, cela a été un vrai bonheur !

     

    quelques mots d’amour 

     Si je ne dois plus penser à elle
    tu devras m’enseigner à ne plus penser

     

    Jour 1

     

     

    Jour 2

     

     

    affiches

     

    Merci à tous pour ces beaux moments d’émotions, de partage et de jeux !
    Un grand merci à vous et rdv l’an prochain pour la 10e édition. 

    Souvenir du théâtre 2017, ici

    *Petite référence 80’s à Jonathan et Jennifer Hart !

  • montpellier de1 – workshop scénographie 2018

    Les étudiants de Design d’Espace 1ère année ont découvert la scénographie théâtrale
    lors du workshop encadré par Daniel FAYET, pour la deuxième année consécutive. 

    La scénographie regroupe tous les éléments qui contribuent à établir l’atmosphère
    et le climat d’une production théâtrale : les volumesles éclairages, le son, le décor et les textures.
    Un prolongement du sens du texte par une ambiance visuelle, une conceptualisation de l’espace.

    Les principes de la scénographie :
    – faire sens,
    – l’espace comme outil de support,
    – l’esthétisme.

     

     
    « art » un texte de Yasmina reza

    « Art » est une pièce légère sur le ton de l’humour, Yasmina Reza écrit un classique de la comédie de moeurs.
    Le « goût des autres » reste le plus efficace des ressorts dramatiques, que la fantaisie la plus extravagante peut révéler d’angoisses existentielles.

    Marc -personnage intellectuellement archaïque et dominant- est invité par son ami Serge
    -homme moderne qui s’adapte à son temps- à venir voir le nouveau tableau qu’il s’est acheté
    l’Antrios : un monochrome blanc…
    Marc, complètement atterré par cet achat, va retrouver leur ami commun, Yvan -personnage neutre-
    pour lui faire part de son incompréhension et connaître son avis. Yvan ira lui-même voir le tableau pour se forger une opinion.
    S’ensuivra toute une discussion vigoureuse autour de l’oeuvre; plus loin même que la question de l’art,
    c’est l’amitié entre les personnages qui est en jeu.

     

    des projets immersifs, contemporains & forts

    J’ai participé aux oraux des étudiants, j’ai découvert ce métier tellement riche, créatif et conceptuel.
    J’ai senti l’investissement des élèves par leurs propositions aussi intéressantes les unes que les autres.
    Les étudiants ont été forces de propositions, diverses et variées.
    Ils ont abordé la pièce « Art » de Yasmina Reza sous différents angles : immersif, conceptuel et contemporain.
    Chaque projet a été abordé en groupe de manière pertinente et professionnelle.

    Transmettre le caractère, la position de chacun au sein du cercle d’amitié; le drame et la comédie;
    immerger les spectateurs au sein d’une étape relationnelle, de ces déchirements, de mensonges…
    sans oublier le quatrième personnage de la pièce, le tableau !
    Voilà le challenge relevé par les étudiants :

     

    le ring

    Cette proposition du ring est la métaphore de l’affrontement entre les trois personnages.
    Cette plateforme fait référence au travail de Yoann Bourgeois sur l’art du déséquilibre.
    La scène est composée d’un triangle en mouvement, cet espace est donc en déséquilibre.
    Il est source de liberté et de tension dans le jeu des acteurs.
    Pour accentuer la réponse, la lumière est au dessus, elle éclaire la personnalité de chaque personnage
    et les place en 8 clos.
    Le langage est celui du combat.

     

     

     

     

     

     

     

    le conflit

    Ici, le fil rouge est le conflit.
    Celui-ci est représenté par un espace modulable autour du cube, car personne ne prend le dessus sur l’autre.
    Le cube principal est composé de différents modules, à l’annonce de l’Antrios -la toile monochrome de Serge-,
    ce cube se décompose en une multitude de cubes.
    Référence au rubik’s cube est à la réalisation d’un conflit.
    Le cube est une entité, il représente l’amitié.
    Cette amitié, pourra se recomposer et se décomposer au fil des conflits et des réconciliations.
    Pour accentuer la réponse, le sol reflète les différents cubes, il créé un désordre supplémentaire
    et met l’accent sur la face cachée des personnages.

     

     

     

     

     

     

     

     
    Mise en abyme

    L’œuvre est placée à l’intérieur de la scène : L’Antrios est la scène, la scène est le tableaux !
    Il y a une idée de domination par strate, de recherche de positionnement en trois niveaux.
    Cette proposition récupère les lignes de l’Antrios :  » un tableau monochrome blanc aux lignes transversales « 
    A la fin de la pièce, les personnages sortent de la boîte -le tableau- prennent du recul et observent,
    il neige…

     

     

     

     

     

     

     
    L’enfance

    La gaminerie de la dispute, des trois personnages, amène sur le thème du jeu et de l’enfance,
    représentés ici par le Carrousel.
    L’installation est giratoire, elle tourne suivant le lieu où se passe la scène.
    Les différents paliers sont communicants et marquent l’amitié.

     
     
     
     
     
     

     

     

    un échange Enrichissant

    Ce workshop a été l’occasion pour les étudiants de découvrir la spécialisation qu’est la scénographie,
    qui est un des nombreux aspects que propose le métier de designer d’espace.
    Il leur a permis d’acquérir de nouvelles méthodes de travail, la capacité à s’investir dans un projet commun.
    Une rencontre avec le métier et un professionnel.
    Les étudiants ont beaucoup apprécié leurs échanges avec Daniel.
    Attentif, agréable et pédagogue, ils en gardent un très bon souvenir de ce workshop.

  • Montpellier DE1 – workshop scénographie 2017

    Les étudiants de Design d’Espace 1ère année ont découvert la scénographie théâtrale
    lors du workshop encadré par Daniel FAYET.

    La scénographie regroupe tous les éléments qui contribuent à établir l’atmosphère
    et le climat d’une production théâtrale : les volumesles éclairages, le son, le décor et les textures.
    Un prolongement du sens du texte par une ambiance visuelle, une conceptualisation de l’espace.

    Les principes de la scénographie :
    – faire sens,
    – l’espace comme outil de support,
    – l’esthétisme.

    des projets immersifs, contemporains & forts

    J’ai participé aux oraux des étudiants, j’ai découvert ce métier tellement riche, créatif et conceptuel.
    J’ai senti l’investissement des élèves par leurs propositions aussi intéressantes les unes que les autres.
    Les étudiants ont été forces de propositions, diverses et variées.
    Ils ont abordé le texte de Jon Fosse de manière sensible, épurée, conceptuelle et contemporaine.
    Chaque projet a été abordé de professionnel.

    « Noir & Humide » un texte de Jon Fosse

    Lene est une jeune fille à qui l’on a interdit de descendre au sous-sol.
    Celui-ci est « noir et humide », elle le sait, et elle sait également
    qu’il pourrait bien y avoir une sorte de grosse bête noire qui s’y abrite.
    Pourtant, malgré l’interdiction, malgré le caractère dérangeant de ce sous-sol,
    Lene va un jour décider de braver le tabou.

    De son écriture précise et minimaliste, Jon Fosse rend compte des rêves de transgression
    d’une petite fille bridée par ses peurs.

    Le texte transmet diverses émotions et sensations :
    la découverte, l’angoisse, la curiosité, la peur, l’oppression, la frayeur, l’interrogation…

    Transmettre les interrogations de Lene de manière brute,
    immerger les spectateurs dans ce petit univers Noir et Humide,
    voilà le challenge relevé par les étudiants.

    • poésie de l'angoisse
      poésie de l'angoisse
      Contraste en le noir, la nuit, la peur et le blanc comme élément poétique, la neige, la naïveté. Le jeux tourne autour d'un élément phare de la pièce, la porte.
    • Parcours initiatique
      Parcours initiatique
      La scénographie s'articule autour de l'univers de l'enfance l'espace surdimensionné. Avec un jeu d'ombres et de lumières et de textures contre les parois qui rappellent le mystère.
    • Parcours chaotique
      Parcours chaotique
      Influencé par Christian Boltanski qui questionne la frontière entre absence et présence, et Chiharu Shiota qui explore les relations entre passé et présent. Ce projet est un moment suspendu, une respiration entre panique et apaisement, entre chaos et lumière.
    • Escaliers émotionnels
      Escaliers émotionnels
      2 escaliers/2 espaces/2 grandes émotions de Lene, 1 bloc/1 but. La pièce est vécue au travers d'un danseur, qui par sa gestuelle et les tensions corporelles transmet au spectateur les émotions de Lene.
    • Expérience sensorielle
      Expérience sensorielle
      Les modules triangulaires installés dans la salle et au plafond, ils représentent le danger. Les néons proposent un jeu de couleurs, bleu/calme/rêverie/tranquilité, rouge/angoisse/danger et violet la jalousie. Les lumières représentent les différentes émotions que traverse Lene.
    • Esprit vintage
      Esprit vintage
      L'ambiance de ce projet est daté dans les années 20. Le personnage raconte ses souvenirs d'enfant, entre imagination, rêve et illusions rendus par des ombres chinoises.
    • Les poupées Russes
      Les poupées Russes
      Chaque cubes représentent une atmosphère différente, donnée par des jeux de lumières. Le projet propose différents niveaux, des micro-espaces où l'on accède par l'escalier "pas à pas".
    • Dans sa bulle
      Dans sa bulle
      Une proposition sur les sensations et les émotions, traduites par les formes. Le concept est d'intégrer les spectateurs dans la scène, la pièce est expérimentale, le public est en immersion. Il est dans une bulle, métaphore de la cage. A l'extérieur des acteurs presseront la toile…surprises, oppression.

     

    un échange Enrichissant

    Ce workshop a été l’occasion pour les étudiants de découvrir la spécialisation qu’est la scénographie,
    qui est un des nombreux aspects que propose le BTS.
    Il leur a permis d’acquérir de nouvelles méthodes de travail, la capacité à s’investir dans un projet commun.
    Une rencontre avec ce métier et aussi avec Daniel FAYET.
    Les étudiants ont beaucoup apprécié leurs échanges avec Daniel.
    Attentif, agréable et pédagogue, ils en gardent un très bon souvenir.