• MONTPELLIER – MORNINGWOOD #2018 #DesignGraphique #PRINT #PS02

    J’ai préparé une série d’articles de Montpellier à Nantes en passant par Toulouse.
    Je te propose de découvrir quelques uns des projets professionnels
    que nos étudiants ont réalisé et présenté lors de leur oral de BTS.

    Je continue avec Nils (IG), en Design Graphique Print, et son projet pour une marque de longboard.

    Mais avant, qu’est-ce-que le design graphique option print ?

     

    DESIGN GRAPHIQUE PRINT

    Le BTS Design Graphique apporte tous les outils nécessaires pour apprendre à travailler
    sur tous types de support de communication, coordonner les étapes de réalisation
    d’un produit de design graphique ou d’une identité visuelle, à partir d’une commande.

    Création graphique sur des supports de communication traditionnels,
    dits « du print » affiches, brochures, signalétique, packaging…

    Le BTS offre de multiples possibilités, un large panel de carrières :
    Designer graphique, Infographiste, Maquettiste, Directeur artistique,
    Illustrateur graphiste, Chef de projet, Graphiste freelance, Graphiste print…

    Les deux années d’études du BTS Design Graphique se concluent par le passage de l’examen.
    Les étudiants réalisent un projet professionnel, qu’ils devront présenter lors d’un oral à l’examen.
    Ce projet permet de mettre en pratique leurs compétences et de montrer leurs capacités à s’investir
    dans un projet global tout en étant à l’écoute de leur client.

     

    projet de synthèse, DESIGN GRAPHIQUE série 2
    MORNING WOOD
    Présentation du projet

    MorningWood est une récente marque de longboard située au centre-ville de Montpellier,
    spécialisée dans la conception et production de longboard artisanal.

    Le Longboard késkesé ?
    Le longboard ou longskate est une planche à roulettes en bois d’une longueur supérieure à celle
    d’un skateboard classique, qui permet de circuler à des vitesses bien plus élevées que celui-ci.

    Ouvert en octobre 2017 par Corentin Fryns, les planches sont produites dans son atelier.
    La marque propose trois différentes gammes de longboards (Cruiser, Downhill et Freestyle).
    La marque propose aussi des planches «custom» unique de A à Z, que ce soit par la forme,
    le design, les roues.. c’est un point fort car elle satisfait les attentes de la cible.

    MorningWood souhaite participer au FISE 2019 (Festival International des Sports Extreme),
    afin de gagner en visibilité, développer ses ventes, attirer des entreprises pour devenir un sponsor.
    De ce fait la marque à besoin de concevoir une communication forte afin d’attirer l’attention
    sur ses produits lors de l’événement.

    MorningWood est un terme anglais désignant une érection matinale,
    si on traduit mot par mot 
    on obtient la traduction de deux mot combinant les mots «matin» et «bois»,
    ce qui place morningwood comme un terme drôle et moins choquant, car ce phénomène naturel
    arrive à n’importe quel âge, et nécessite donc une explication plus adaptée aux jeunes.

     

    axe
    réveiller les consciences

    L’axe qui a été choisi est humoristique.
    La communication jouera donc sur ce jeu de mot et doit prendre un ton décalé et puérile, se qui colle
    avec la cible car le longboard est avant tout un loisir et un transport populaire chez les jeunes.

    « MorningWood réveille les consciences » aussi sur le plan écologique, dans le respect de l’environnement
    ce qui met l’accent sur la nature et l’esprit de liberté de la marque.

    Mettre en scène l’éveil des sens masculin,
    la nature et le sentiment de liberté

    Planches de recherches(lien)

     

     

     

    interview
    Pourquoi avoir choisit ce projet ?

    J’ai choisi ce projet car j’aime beaucoup l’univers et l’esprit qui joue autour de la longboard,
    tout comme ces autres compères tel que le skateboard, la trotinette, le bmx…
    Ce sont des moyens de transports qui parlent aux jeunes et qui se pratiquent très librement sans prise de tête,
    du coup transmettre ces éléments dans une communication était pour moi un plaisir.
    En plus de ça, le concept du nom de la marque « MorningWood » est très original,
    cela donnait déjà le ton du projet donc j’ai sauté direct dessus ! 

     

    Comment S’est passé la collaboration avec l’annonceur ?

    La collaboration avec l’annonceur c’est très bien passée, nous avons le même état d’esprit.
    Dés notre premier rendez-vous, je lui ai exprimé mes idées et il m’a laissé carte blanche.
    Dans la continuité du projet nous échangions régulièrement des mails.

    Si bien, que garde-t-il ?
    Il était extrêmement content, il a tout pris !!! 
    Ca lui à donner un coup de boost car en soit la marque était un peu dans le creux…
    Depuis on reste en contact pour de prochain projet ensemble.

     

    Quelles ont été tes sources d’inspirations ?

    Je me suis grandement inspiré de Philippe Chappuis aka ZEP, qui était pour moi
    déjà une insipration quand j’étais petit avec « Titeuf » et « Captain Biceps ».
    Mais pour ce projet je me suis concentré sur sa collection des « Happy Books » qui sont des séries
    de bd pour jeunes adultes avec un humour dévastateur qui montre une certaine une vérité
    et bien évidement sans censure.
    De ce fait cela collait bien avec le terme « MorningWood » et l’esprit de la marque.

     

    Aujourd’hui après l’obtention de ton BTS,
    comment envisages-tu la suite ?

    Je vais suivre le cycle d’Illustration Concept Art à IPESAA Montpellier pour 3 ans.
    Pour appréhender différents univers de la bande dessinée au jeux vidéo…

     

    As-tu des projets personnels pour les mois à venir ?

    Me faire un site web, tester l’univers du tatouage et pourquoi pas faire des expo.

     

    Merci à Nils.
    Et à bientôt pour suivre tes futurs projets ^^

  • MONTPELLIER – UCHRONIE #2018 #DEsigndespace #PS01

    J’ai préparé une série d’articles de Montpellier à Nantes en passant par Toulouse.
    Je te propose de découvrir quelques-uns des projets professionnels pour cette année 2018
    que nos étudiants ont réalisé et présenté lors de leur oral de BTS.

    Je commence avec Clémentine en Design d’Espace et son projet
    sur une structure mobile et évènementielle, parcourant les routes de Lozère.

    Mais avant, qu’est-ce que le design d’espace ?

     

    DESIGN D’ESPACE

    Le BTS Design d’Espace forme des concepteurs d’espaces.
    Apprendre à concevoir des réalisations pérennes ou éphémères,
    aménager des lieux de vie intérieurs comme extérieurs, privés comme publics.
    Une formation, à la fois artistique et technique, qui pourra ensuite ouvrir les portes de l’architecture.

    Les étudiants qui choisissent cette voie, sont entre autres, formés aux métiers
    de l’aménagement de l’espace, de l’architecture, des techniques de construction et de la scénographie

    Les deux années d’études du BTS Design d’Espace se concluent par le passage de l’examen.
    Les étudiants réalisent un projet professionnel, qu’ils devront présenter lors d’un oral à l’examen.
    Ce projet permet de mettre en pratique leurs compétences
    et de montrer leurs capacités à s’investir dans un programme de design d’espace.

     

    projet de synthèse DEsign d’espace, série 1
    UCHRONIE structure mobile & évènementielle
    présentation

    La Lozère est un département rural où l’agriculture prédomine et l’activité touristique prospère,
    on y aime les produits de qualité.
    Réputée pour sa faune et sa flore variées, la Lozère est un espace riche au sein duquel l’isolement est présent.
    Par sa topographie, le département se voit contraint du point de vue des échanges socioculturels.

    L’objectif, au sein de cet espace, pour le Conseil Départemental, est avant tout de préserver ses espaces,
    jouer de ses atouts, tout en apportant un soutien aux villes les plus enclavées mais enclines
    à accueillir une structure permettant de remédier à ces manques.

    En 2011, l’UNESCO a distingué le territoire des Causses et Cévennes, en tant que paysage culturel
    de l’agro-pastoralisme méditerranéen. 
    Particulièrement représentatif de la diversité des paysages
    façonnés au cours d’une histoire millénaire par les hommes et leurs activités d’élevages.

    Le Conseil départemental de la Lozère et l’Association des Maires de Lozère se sont engagés sur ce dossier.
    Le Conseil départemental proposa la création d’une micro-architecture nomade avec pour objectif
    de renforcer les échanges
    et consolider la diffusion socioculturelle permettant de valoriser
    le savoir-faire local mais aussi l’histoire de la région.

    Le projet attendu est une micro architecture nomade qui s’inscrira sur les places principales
    de plusieurs villages lozériens, de manière périodique. Cette structure devra se moduler pour promouvoir
    plusieurs types d’événements: concerts, dégustations de produits locaux, lectures, conférences …
    Cette micro architecture se devra
    – d’être fonctionnelle de mars à novembre (en raison des conditions climatiques hivernales)
    – et d’héberger au moins trois intervenants dans un module à part
    (par soucis de commodité et de gestion/surveillance de la structure).

     

    PROJET & AXE
    un espace socioculturel itinérant en lozére

    A l’occasion de ce projet, le Conseil départemental désirait créer un espace socioculturel gratuit,
    pour accueillir diverses manifestations qui parcoureraient la Lozère et s’arrêteraient dans différentes villes.

    La contrainte : un seul véhicule pouvant recevoir 3 intervenants et disposer d’un espace public fermé.

    Cette micro-architecture devra créer du lien social et promouvoir le savoir-faire local pour tout type de public.
    Elle sera opérationnelle sur 9 mois de l’année, se monter rapidement et devra s’adapter à chaque ville.
    Ainsi, ma problématique sera :
    comment créer une architecture nomade qui s’intégrera et s’adaptera aux particularités de chaque lieu ?

    Pour répondre à la demande, mon projet consistera en la création d’une structure modulable fixée
    sur un châssis Al-ko d’utilitaire Fiat.
    Cette structure sera dotée de douche solaire, de toilettes sèches, de trois espaces de nuit
    pour les intervenants, d’un espace de rangement pour leurs biens personnels et d’un espace de stockage
    pour la structure d’accueil du public.

    UCHRONIE structure mobile & évènementielle
    révélateur de liens sociaux et culturels
    au sein du département lozérien.

    À la manière d’une charpente inversée, tant complexe que surprenante,
    la structure créée pour ce véhicule apporte à la fois confort, fonctionnalité et accueil.

    Ce module hexagonal viendra se déployer sur les places des villages en s’adaptant à chacune d’elles.
    La modularité permettra à la structure de créer des sous-espaces fonctionnels : un espace scénique,
    des espaces de nuit augmentés par une extension textile imperméable semblable à une toile de tente, etc…
    La totalité du module fonctionnera avec des panneaux solaires (éclairage, prises et eau chaude sanitaires),
    lors des événements, le véhicule viendra se brancher sur le réseau électrique de la ville.

    Dans le but de réaliser une infrastructure pouvant accueillir du public,
    un chapiteau sera mis en place afin de protéger les usagers des intempéries diverses (pluie, neige, soleil, etc).
    Celui-ci s’inspirera de la forme du cocon, il représentera à la fois un espace protecteur, de bien-être,
    mais aussi un espace ouvert à tous.
    De plus, il fera signal dans la ville, s’y démarquera afin d’appeler les usagers à s’y rendre.
    Ce chapiteau sera composé d’arcs gonflables ainsi que de toiles souples tendues entre ceux-ci.

    Cette architecture permet la création d’emplois et traversera le département,
    pour s’enrichir et nous enrichir continuellement à travers ses voyages. 

    Planches de présentation en PDF (lien) > APS > ADP

     

     

    interview
    Pourquoi avoir choisit ce projet ?

    J’ai choisi ce projet car il me tenait à cœur. Vivant en Lozère depuis l’âge de huit ans, c’est un département
    qui à su m’émerveiller tout au long de mon enfance de par ses paysages magnifiques.
    Pourtant, en grandissant, j’ai pu constater qu’il s’agissait aussi d’un territoire contraignant.
    L’isolement représente un atout et une vraie contrainte pour le développement de cette région.
    La Lozère est un département dont le cœur s’articule autour d’une préfecture, Mende.
    Autour de cette ville, le département est parsemé de plusieurs autres villes de moins grosse envergure
    qui ne demandent qu’à révéler leurs atouts culturels et se développer, pourtant l’isolement géographique
    entre ces villes est un obstacle à ce développement, à la communication entre les villes et surtout à l’échange.

    Ce projet était, pour moi, l’occasion de soulever des problématiques autour de la Lozère,
    c’était également l’occasion de valoriser les atouts de celle-ci…

     

    Comment s’est passé la collaboration avec l’annonceur ?

    Il s’agit d’un projet fictif, il n’y a donc pas eu de réelle collaboration avec l’annonceur.
    Néanmoins, pour acquérir suffisamment de connaissance autour de la région, des moyens de construction
    adaptés, etc… j’ai souvent fait appel à des professionnels locaux, spécialisés dans divers domaines
    tels que les constructions en bois, les solutions écologiques permettant l’autonomie, l’architecture textile.
    Chacun de ces collaborateurs a apprécié suivre l’évolution de mon projet, et constaté qu’il ne pourrait
    qu’apporter un plus au département si celui-ci venait à être réalisé.
    J’ai toujours eu un fort soutient tant du côté de ma famille, de mes amis, que des locaux face à ce projet
    et je n’ai cessé de demander leurs avis pour créer un projet qui réponde, au mieux,
    aux besoins de chacun et s’adapte aux mieux aux caractéristiques du lieu.

     

    Quelles ont été tes sources d’inspirations ?

    Mes sources d’inspiration ont avant tout été portées autour de l’architecture nomade.
    Lorsque mon projet s’est concrétisé, je me suis intéressée en particulier au travail d’Absalon,
    un architecte, designer, et urbaniste israélien qui travaillait autrefois autour du minimalisme urbain.
    Celui-ci réalisa notamment la création de « cellule de vie« , des unités modulaires blanches proposant
    des aménagements spatiaux pour les villes.
    Ces créations, à la fois sculpturales et architecturales avaient pour particularités d’être des espaces
    minimalistes, invitant, de manière spartiate, à prendre part à un environnement multifonctionnel.

    L’architecture Japonaise a également été très révélatrice dans mon projet.
    Les « capsules-hôtels » très répandus là-bas étaient pour moi une autre source d’inspiration idéale
    pour étudier l’aménagement des espaces réduits.
    La « Capsule Tower » de l’architecte Nakagin est un très bon exemple d’architecture combinant l’aspect
    spartiate et multifonctionnel typique de l’univers japonnais.

     

    peux-tu nous présenter ton axe et sa problématique ?

    La principale problématique autour de laquelle mon projet s’articule est la suivante :
    comment créer une architecture nomade qui s’intégrera et s’adaptera aux particularités de chaque lieux ?
    Pour répondre à cette problématique, il a fallu développer deux grands thèmes :
    l’aspect nomade de l’architecture, puis la distinction privée/public de l’espace.
    Ces deux grands thèmes ont été travaillés séparément pour en extraire les meilleures solutions
    pour ensuite être mis en commun de sorte à pouvoir donner forme à un projet concret.

     

    Aujourd’hui après l’obtention de ton BTS,
    comment envisages-tu la suite ?

    Grâce à l’obtention de mon BTS, je peux désormais partir en Belgique, réaliser une licence en
    Architecture à l’Université Libre de Bruxelles (ULB).
    Je suis acceptée en deuxième année de licence et j’ai la possibilité, grâce à leurs options très variées,
    de me spécialiser dans l’écologie et la durabilité du bâtiment.
    Cette faculté internationale propose dès les premières années un large panel de spécialisations
    avec pour objectif d’offrir à chacun un domaine de compétences plus poussées et adaptées à chacun.

     

    AS-tu des projets personnels à venir ?

    Pour la suite, j’aspire à trouver un emploi dans un pays du nord tel que le Quebec, la Finlande,
    ou la Suède dans une agence d’architecture, avec pour atout ma spécialisation.
    Pourquoi ces pays ?
    Car il s’agit de pays où l’architecture écologique est au delà d’un domaine de compétences,
    un point incontournable et crucial pour le développement futur du pays.
    Pour eux, le rapport entre construction et environnement est basé sur le respect mutuel.

    C’est pourquoi j’aimerai pouvoir me sentir utile,
    apprendre des techniques de constructions durables
    et écologiques plus élaborées,

    pour éventuellement, plus tard, revenir en France et développer celles-ci
    afin d’y sensibiliser davantage notre pays.

    J’espère pouvoir vivre dans un monde où ce genre de technique n’est pas exclusif, mais que cela entre
    dans nos mœurs. Ainsi, cela apporterait à l’architecture un rapport plus humain et basé sur le respect
    tant de l’environnement que de nous mêmes.

     

    Merci à Clémentine.
    Je nous souhaite qu’avec ta volonté et ta sensibilité
    tu puisses appliquer ta vision de l’architecture.


  • portrait #3 Claudie Barthe

    Troisième épisode de notre rubrique PORTRAIT.

    Je suis allée à la rencontre de tes professeurs et les ai interviewés
    au travers d’un portrait chinois artistique.

    Je suis un peu obsessionnelle… je fais beaucoup de listes…
    j’ai donc pensé qu’il serait intéressant de lister les préférences artistiques,
    architecturales ou graphiques de vos enseignants pour faire plus ample connaissance.
    Et pour cela pourquoi pas faire un portrait chinois ?

    Le portrait chinois est un questionnaire, où il s’agit d’identifier des goûts ou des préférences.
    Surtout ne pas réfléchir et répondre du tac au tac…
    Un enseignant répond à un questionnaire en fonction de la matière enseignée.
    Claudie Barthe, professeur d’Histoire de l’Art, s’est prêtée au jeu au sein du Musée Fabre, MERCI ^^

     

     

    Merci à Barbara May pour notre collaboration *

  • Nantes – journal des manaa #2018

    L’an dernier nous avions découvert avec plaisir un projet créatif, curieux et très instructif :
    le journal des Manaa, qui avait pour titre « Le Sismographe«  (clic pour le découvrir).

    Cette année encore, nos étudiants sont partis en exploration, à la recherche de secrets et d’histoires
    sur leurs futures formations : design d’espace, design graphique, 3D ainsi que la section cinéma.
    Ils vous livrent leurs découvertes dans un journal , « Le Poulpe à Pois«  en référence à Jules Verne.
    Le poulpe par ses tentacules représente bien la Manaa et la multiplication des compétences de nos étudiants !

    Ce journal est un projet fédérateur accès sur la complémentarité des différentes disciplines
    enseignées en Manaa et un bel object de curiosité !

     

    le projet COLLECTIF

    Projet transversal entre les cours de techniques d’expression écrite, les cours de dessins d’observation
    et d’analyse et les cours de design graphique, le journal de l’école est un fil rouge du deuxième trimestre
    pour les MANAA de l’ESMA Nantes.

    Il s’agit de développer la cohésion de groupe dans chaque classe de MANAA,
    tout en les accompagnant vers de nouveaux acquis : respecter des contraintes,
    synthétiser des informations, valoriser celles-ci par la mise en page, etc…

    Une belle expérience au sein de l’école.

    C’est un projet assez complexe au départ, mais le jeu en vaut la chandelle :
    le journal de l’école est disponible pendant les JPO de mars, les visiteurs peuvent repartir avec un exemplaire et découvrir l’école et ses projets vus par les élève

    De plus, les étudiants comprennent plus concrètement les formations qui les attendent après la MANAA :
    ils peuvent voir de vrais travaux en cours en 3D, discuter des examens qui approchent en BTS,
    se renseigner sur les projets de tournage en Ciné…

    Les interviews sont un bon moyen de créer un premier contact, ou de le renforcer.

    Les étudiants en fin de cursus
    connaissent bien l’exercice du journal,
    accueillent avec complicité leurs camarades de manaa
    et sont ravis de partager leurs expériences.

    « Je tiens à remercier mes collègues enseignants, Véronique Lenouvel et Antonio Padilla,
    pour avoir permis ces transversalités, Romy Sauvage, chef d’établissement, pour son soutien au projet,
    et bien évidemment tous les élèves de MANAA qui se sont investis ».
    Xavier Tisserand
    Enseignant Techniques d’Expression Écrite

     

    LE JOURNAL

    Une version PDF du journal est disponible en cliquant sur le lien ci dessous
    ESMA_NANTES-JOURNAL-MANAA-K18

    Bravo à équipe étudiante de la Manaa Claudel !

     

    La couverture

    La « couverture-affiche » du journal a été suivie par une élève volontaire de BTS2 DG : Emeline Heudré.
    L’illustration est de Maud Drean, BTS2

     

    les explorateurs

    Aliénor BRIOLET, Manaa Claudel
    Comment s’est déroulée la gestion du projet (organisation, temps, contraintes) ?
    Dès le lancement du projet, un planning a été mis en place, avec, par semaine, les choses à faire.
    Ex : Semaine 1 former les groupes de « journalistes reporters » par sections
    et chercher les personnes à interviewer. Semaine 2 faire les interviews.
    Semaine 3 rédiger et mettre au propre les interviews. Etc…
    Nous avions prévu une marge de retard sachant que dans tous les cas nous allions être un peu justes ;
    grâce à ça nous avons réussi à avancer plutôt vite et bien.

    Quel était ton rôle lors de la création du journal ?
    J’étais l’une des trois rédactrices en chef du journal. Mon rôle était donc de gérer les groupes,
    de donner les directives à suivre et de suivre l’avancement de chaque article.

    Qu’as-tu pu apprendre lors du projet ?
    Lors de ce projet,

    j’ai pu apprendre à canaliser mon énergie
    et mobiliser mes forces.

    Travailler en équipe ça n’est pas toujours facile, mais la création du journal m’a permis de comprendre qu’en groupe, on va beaucoup plus loin et qu’il faut savoir faire des concessions, écouter
    et toujours rester objectif, sans hausser la voix ou se bloquer.
    Je sais que toutes les choses que j’ai apprises me seront très utiles dans le métier que je souhaite faire (Animation 3D) et je pense pouvoir dire que de cette expérience sont sorties de nombreuses choses positives et bénéfiques même si ça n’a pas été facile tous les jours.

    Comment se sont déroulés les contacts avec les autres sections (BTS, 3D, Ciné) ?
    En ce qui concerne, les contacts avec les autres sections, chaque binôme est allé lui même chercher
    le ou les personnes à interviewer. Chaque contact a donc été différent.
    Je sais par exemple que certaines personnes ont profité de leur interview pour en apprendre plus
    sur la formation qu’ils souhaitaient faire, et entendre l’avis et les conseils des années supérieures.

     

    Tom PINARD, Manaa Claudel
    Comment s’est déroulée la gestion du projet (organisation, temps, contraintes) ?
    Nous avons dû réaliser le journal de l’école en un peu moins de deux mois, nous avons
    tout d’abord réalisé les interviews ou articles puis nous avons fait des recherches d’illustrations.
    Ensuite, avec une plus petite équipe de volontaires, nous avons rassemblé, corrigé
    et mis en page tout le travail fait au préalable.

    Quel était ton rôle lors de la création du journal ?
    Mon rôle était principalement de mettre en page le journal.
    J’ai dû avec l’aide des rédactrices en chef choisir la meilleure disposition des articles par section.
    Les illustrations, ayant été choisies par la classe, ont dû être incorporées au journal
    mais surtout retouchées avec l’aide de Jules Thibaudeau.
    J’ai aussi dû mettre en page les articles et choisir les polices de caractères afin qu’elles soient lisibles.
    Nous avons, très souvent, demandé l’avis de la classe en fonction de nos avancées
    afin que ça soit vraiment un projet collectif.

    Qu’as-tu pu apprendre lors du projet ?
    J’ai pu apprendre à utiliser InDesign et m’améliorer en Photoshop.
    En effet nous n’utilisons pas de Logiciels en MANAA c’était donc l’occasion de s’essayer à la suite Adobe.
    Les illustrations étant scannées nous avons dû faire de nombreuses retouches sous Photoshop,
    notamment du détourage afin qu’elles soient intégrables au journal.

    C’était une super occasion de travailler
    et de gérer une grande équipe avec
    pour chacun des compétences différentes.

    Comment se sont déroulés les contacts avec les autres sections (BTS, 3D, Ciné) ?
    Nous avons simplement attendu à la sortie d’un cours les élèves de 3D2.
    Les élèves ont été très disponibles et nous ont répondu de façon complète et honnête.

     

    Julie SERMET, Manaa Claudel
    Comment s’est déroulée la gestion du projet (organisation, temps, contraintes) ?
    Dans l’ensemble il y a eu un bon esprit d’équipe.
    Une bonne motivation de toute la classe, dans les articles comme dans les illustrations.

    Quel était ton rôle lors de la création du journal ?
    Rédactrice en chef, j’ai supervisé les interviews pour les DG et DE.
    J’ai également interviewé des élèves de 3 ème année de Ciné Créatis.

    Qu’as-tu pu apprendre lors du projet ?
    J’ai appris à travailler sur un grand projet avec l’ensemble de la classe et sur la mise en page du journal.

    Comment se sont déroulés les contacts avec les autres sections (BTS, 3D, Ciné) ?
    C’était très intéressant d’aller parler avec la section Ciné, que je ne connaissais pas du tout !

     

    Bravo, pour ce projet complet ainsi que pour toutes ces informations recueillies à la source.
    Merci Xavier Tisserand pour sa collaboration.

  • PORTRAIT #2 Amélie Manchoulas

    Nouvelle rubrique 2018, le portrait, suite.
    Je suis allée à la rencontre de tes professeurs et les ai interviewés
    au travers d’un portrait chinois artistique.

    Je suis un peu obsessionnelle… je fais beaucoup de listes…
    j’ai donc pensé qu’il serait intéressant de lister les préférences artistiques,
    architecturales ou graphiques de vos enseignants pour faire plus ample connaissance.
    Et pour cela pourquoi pas faire un portrait chinois ?

    Le portrait chinois est un questionnaire, où il s’agit d’identifier des goûts ou des préférences.
    Surtout ne pas réfléchir et répondre du tac au tac…
    Un enseignant répond à un questionnaire en fonction de la matière enseignée.
    Amélie Manchoulas, professeur en 1ère et 2ème année Design Graphique, s’est prêtée au jeu malgré quelques appréhensions, MERCI ^^

     

     

    Merci à Barbara May pour notre collaboration *

  • PORTRAIT #1

    En 2018 une nouvelle rubrique prend forme sur le blog, le portrait.
    Je suis allée à la rencontre de tes professeurs et les ai interviewés
    au travers d’un portrait chinois artistique.

    Je suis un peu obsessionnelle… je fais beaucoup de listes…
    ma résolution 2018 de faire de mes faiblesses des atouts  (!)
    j’ai donc pensé qu’il serait intéressant de lister les préférences artistiques,
    architecturales ou graphiques de vos enseignants pour faire plus ample connaissance.
    Et pour cela pourquoi pas faire un portrait chinois ?

    Le portrait chinois est un questionnaire, où il s’agit d’identifier des goûts ou des préférences.
    Surtout ne pas réfléchir et répondre du tac au tac…
    Un enseignant répond à un questionnaire en fonction de la matière enseignée.
    Magali Lefèvre, professeur en expression plastique et couleur en manaa, s’est prêtée au jeu la première, MERCI ^^

     

     

    Merci à Barbara May pour notre collaboration *