• FAV 2017 – EMOTION

    Festival d’Architectures Vives

    Pour sa 12ème édition, le FAV nous invite à déambuler dans le centre de Montpellier,
    au travers d’un parcours urbain et à la découverte des cours des Hôtels particuliers
    accueillants les installations éphémères des jeunes architectes sélectionnés.

    Cette année le FAV expérimente la capacité de l’architecture à créer des émotions.

     

    emotions

    Emotion n. f. II Réaction affective brusque et momentanée, agréable ou pénible,
    souvent accompagnée de manifestations physiques.

    Le Corbusier lors d’un entretien avec des étudiants en architecture disait :
    « L’architecture est un fait d’art, un phénomène d’émotion, en dehors des questions de construction, au-delà.
    La Construction, C’EST POUR FAIRE TENIR, l’Architecture, C’EST POUR EMOUVOIR ».

     

    poésie urbaine

    Sous la chaleur de juin, je suis partie à la découverte du FAV enthousiasmée par la thématique,
    sûrement mon côté fleur bleu et aventureuse !!!

    Soit treize installations qui jouent avec nos émotions et nos perceptions, se jouent de nos sensations
    ou les déjouent et nous embarquent souvent dans d’autres dimensions
    Les installations sont surprenantes et interactives, jouent et se déjouent de nos émotions,
    proposent un dialogue avec le public, avec le lieu.
    Quelques une des installations offrent plus d’émotions, d’autres font appels à notre âme d’enfant;
    qu’elles soient positives (jeux,bien-être…) ou négatives (angoisses, désorientation…) l’émotion est multiple.

     

     

     Emotion Verticale

    Ouverture, resserrement, exiguïté…
    Le collectif ONA Architecture expérimente la relation spatiale créée par un élément architectural simple.
    Les émotions résultent du déplacement, des sensations générées par la répétition, les différentes hauteurs.

     

     

     

     

     

     

     

    Tomber dans le ciel

    Intimité, vertige, éternité…
    Ecole Technique supérieure d’Architecture de Saint-Sébastien
    Le projet transforme les limites, entrer dans la cour c’est entrer dans une autre dimension.
    Grâce aux miroirs, qui nous font découvrir la cour d’une autre manière,
    nous risquons de tomber dans le ciel !

     

     

     

     

     

     

     

     

    I <3 Montpellier

    Amour, symbolique, battements…
    Le collectif Pistachoffice évoque le sentiment d’amour et place Montpellier au centre de celui-ci.
    La vie liée à l’amour, ses expériences positives et négatives, aux différentes manières d’aimer et d’être aimé;
    Passion, affection, désir, haine, tristesse…

     

     

    Forme sauvage

    Sens, curiosité, infinité…
    Le projet du collectif S’il te plait agit comme un stimulus, activant les récepteurs sensoriels de chacun.
    L’émotion se fait donc par l’enivrement des sens.
    Une forme liquide se fige, indicible, sans contour. Une forme finie à l’interprétation infinie.
    L’idée n’est pas de produire une architecture mais bien de générer un espace saisissant.

     

     

     

     

     

     

     

     

    La Madeleine

    Nostalgie, enfance, créatif…
    Les émotions sont l’expérience de ce qui est passé, ce qui est en train d’être, ce qui sera.
    L’installation de l’Atelier MicroMega joue sur le pouvoir de la nostalgie.
    Le visiteur s’émeut et interagit avec le cube.
    Le monde qu’il renferme : évolutif, créatif et malléable fait appel à l’enfant.

     

     

     

     

     

     

    Souvenir particulier

    Cacher, observer, mystère…
    L’installation du collectif Commun a pour but de stimuler les émotions du passé,
    celles qui sommeillent en chacun de nous.
    Nous sommes invités à observer; au centre d’une architecture flottent des objets, symboles de lieux vécus,
    provoquant en chacun de nous un retour sur sa propre histoire, son enfance.

     

     

     

     

     

     

     

     

    TR_24

    Jeux, mouvements, peurs…
    Le collectif BEN-DAO interroge la fonction même d’une cour.
    Son caractère de point de passage est poussé à l’extrême.
    Le but est de traverser l’installation, guidé par votre choix, au fil des « portes » que vous poussez.
    L’installation devient comme un labyrinthe sans entrée et sans sortie
    avec pour le visiteur l’impression de se perdre, ou qu’il n’en sortira jamais.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Paper Cloud

    Transparence, fragile, illusion…
    Le Studio 3A élabore un espace d’illusion et de désillusion.
    L’environnement est ponctué d’ombre et de lumière,
    reflétant des couleurs différentes dans des temps différents.
    Cette structure de papier monochrome, ce nuage fusionne avec la lumière et disparaît.

     

     

     

     

     

     

     

     

    El Dorado

    Hypnotique, mouvements, éphémère…
    L’installation du collectif Pourquoi Pas ?! est une mise en scène sensorielle qui fait appel à l’imaginaire
    des contes et légendes, au mythe de la quête du trésor.
    Il s’agit de recréer le petit évènement enchanteur qui nous fait sentir que l’instant est unique.
    Le dispositif sollicite autant la vue que l’ouïe, hypnotisant le spectateur accroché au mouvement
    en action pour une poignée de secondes.

     

     

     

     

     

     

     

    AAA

    Anticipation, appréhension, angoisse…
    L’installation proposée par ODD accentue la transition entre deux espaces.
    Confronté à un mur noir, le visiteur aperçoit une entrée.
    Le seuil franchit, il est confronté à un passage sombre et tordu, à peine éclairé par un fin rayon de lumière à son terme.
    Une série d’émotions se succèdent lors de ce passage d’un espace à l’autre;
    Anticipation, Appréhension et Angoisse. Laquelle laisserons-nous prendre le dessus ?

     

     

     

     

     

     

     

     

    A travers

    Chassé-croissé, regards, quête…
    Le projet de Concentrico 03 tend à générer un nouveau monde dans l’imaginaire du visiteur.
    La volonté de l’équipe est de redonner de l’importance au puit, en le plaçant au coeur de l’installation.
    Un labyrinthe en bois, constitué de murs courbes, permet d’atteindre le puit par différents chemins.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Immersion

    Plaisir, euphorie, bien-être, jeu, désorientation…
    Le festival procure un lieu et propose un défi aux architectes, à travers la transformation d’un cadre
    d’être capables de générer une émotion.
    Les espaces qui servent aujourd’hui au passage deviendront donc, pendant quelques jours,
    des conteneurs d’émotions. Lucia Martinez Pluchino et Raquel Duran Puente ont poussé cette idée
    à sa limite en remplissant une des cours de balles.
    Personne ne sortira indifférent de l’installation !

     

     

     

     

     

     

     

     

    The Courtain

    Métamorphose, variations, sérénité…
    L’émotion imposée par la beauté d’une nature suggérée,
    transforme l’installation artificielle en un réel paysage.
    Cette installation cristallise le temps et les changements lorsque la lumière, curieuse et pénétrante,
    se faufile au travers des cascades de feuilles qui envahissent l’intérieur de la cours.

    Merci pour l’expérience émotive !

    Sources : FAV